Le Rockfest 2017 vu par Josée

La 12e édition du RockFest est maintenant terminée. Déjà.

Comme chaque année, la liste des groupes présents était très longue et variée. Chacun y trouve son compte, peu importe ses préférences musicales. L’occasion est idéale pour assister à une panoplie de performances exceptionnelles, découvrir de nouveaux groupes, faire le party et profiter de ce long week-end de congé entouré des artistes les plus connus. Le RockFest est sans aucun doute LE festival à ne pas manquer au Québec.

J’y participais pour la huitième année cette fois-ci et comme à chaque édition j’ai été plus que comblée. Imaginez: un petit village en bordure de la Rivière des Outaouais qui accueille plus de 200 000 personnes en ce début d’été, une centaine de groupes de musique tous plus populaire les uns que les autres, des campings partout, du monde partout, de la bière en masse, bref c’est le gros party pendant trois jours. Ce que j’aime le plus du RockFest, c’est qu’il me permet d’assister à des spectacles auxquels je n’ai pas nécessairement accès en temps normal. Plusieurs gros noms sont présents année après année et ces spectacles individuellement coûtent très cher et sont souvent très loin de chez moi. Il y a aussi les bands plus vieux et rares, qui ne viennent quasi jamais au Canada et qu’on ne peut voir qu’une fois dans une vie! Pour son prix très raisonnable, son ambiance festive hors du commun, sa variété d’artistes invités et son vaste site longeant la rivière, je le redis: le RockFest est LE festival que vous ne voulez pas manquer.

Je suis arrivée sur place en début d’après-midi jeudi. Il faut arriver tôt pour être prêt et ne rien manquer. Le party était visiblement déjà commencé; le village rempli de festivaliers, de tentes, de stands de toutes sortes, de gens déguisés et j’en passe. De plus, cette année la soirée du jeudi 22 juin nous permettait de fêter la St-Jean Baptiste en grand: 16 groupes québécois réunis sur deux des plus grosses scènes du festival. C’était la première fois que la soirée du jeudi offrait des spectacles sur ces scènes, habituellement réservées aux spectacles du vendredi et du samedi. Les dernières années, les soirées d’ouverture se déroulaient sur les scènes Tony Sly 1 et 2 qui sont plus à l’écart, ce qui permettait d’ouvrir seulement une partie du site. J’étais contente que cette année la St-Jean Baptiste soit célébrée à sa juste valeur! On lui a donné toute la place et c’était une très bonne idée d’avoir sélectionné plein d’artistes québécois pour l’occasion.

Les Ordures ioniques ouvraient cette soirée de fête dès 16: 15. Mon premier show a été Dead Obies à 18: 15. Beaucoup de gens étaient présents et en feu! Je ne connaissais pas ce groupe hip-hop originaire de Longueuil, mais j’ai bien aimé assister au show et être témoin du fun que les gens avaient autour de moi. Je suis ensuite allée faire au saut au spectacle des Pistolets Roses pour ensuite assister à la prestation des Loco Locass, groupe que j’avais très hâte de voir. Avec leurs chansons à caractère politique, leurs refrains entraînants et leurs vêtements aux couleurs du Québec ils ont vraiment créé une ambiance de fête nationale. Le parterre s’est transformé en gigantesque «set carré» pendant la chanson Libérez-nous des libéraux. Wow, tout le monde a embarqué dans la dance et c’était vraiment très amusant de festoyer avec des inconnus et une bière à la main! On est tous devenus amis pendant un moment. On pouvait alors ressentir un sentiment d’appartenance et de solidarité dans la foule. Ça c’est une vraie St-Jean!

The Planet Smashers a littéralement enflammé le site à 22: 15 avec son spectacle préparé spécialement pour l’occasion: ils ont chanté leurs chansons en français! Une attention géniale de leur part. C’était drôle d’entendre les chansons que l’on connaît par cœur traduites et chantées différemment avec un accent anglophone très audible! Ce groupe ska montréalais est une valeur sûre; leurs shows sont tout simplement une grosse dose de bonheur, d’humour et fait skanker tout le monde. La liste de leurs hits est longue, leurs performances toujours solides et leur bonne humeur contagieuses.

Robert Charlevoix, Groovy Aardvark et les Cowboys Fringants ont fini cette soirée de fête québécoise en beauté. La pluie nous a soudainement surpris vers 23: 00 ce qui a découragé plusieurs personnes qui ont quitté le site. C’était pardonnable, cette pluie diluvienne a vite trempé tout le monde, le site est devenu une marre de boue et il commençait à faire plus frais.
On peut tout de même se compter chanceux, les journées de vendredi et de samedi ont été parfaites côté température. Soleil, passages nuageux, juste parfait pour ne pas trop griller sous le soleil. Le site boueux est redevenu plus sec, nous avons pu enlever nos bottes d’eau samedi au moins!

Plusieurs autres artistes québécois ont performé lors du RockFest cette année lors des jours deux et trois. On pense entre autres à Alien’s Cab, Get The Shot, Kataklysm, Obliterate, Mute, 2 stone 2 skank, Dance Laury Dance, Pépé et sa guitare, Blind Witness, Gutter Demons, Caravane, Mudie, Exterio, Mononc’Serge & Anonymus et Grim Skunk.

Texte: Josée Marcoux

Photos: Sébastien Tacheron

Photos de la première journée