Burning the Oppressor @ Katacombes, 01.09.2018

C’est ce samedi soir que l’organisation du DMBH Prod nous présente leur premier évènement aux Katacombes avec les groupes Fall of Stasis, Spirit of Rebellion et Burning The Oppressor. Dès notre arrivée, on peut apercevoir une bonne foule avec les chandails DMBQ avec « Support your local bands » inscrit au dos.

Une belle surprise!

C’est avec quelques minutes de retard que la soirée a débuté avec le groupe montréalais de Black Folk Fall Of Stasis. Je ne connaissais pas ce groupe, j’ai donc été très surprise par la force du vocal de la chanteuse Jessica Dupré. Lors des deux premières chansons, j’avais peine à entendre les back vocal des guitaristes, mais le tout a été corrigé par la suite. J’ai adoré l’harmonie apportée par la claviériste dans les chansons, cela donne un ton assez unique à ce groupe. En regardant Jessica chanter en début de spectacle, je n’ai pu m’empêcher de parler avec mon amie du fait que sa présence et son intensité me rappelaient Angela Gossow; c’était donc une drôle de coïncidence que le groupe nous présente leur adaptation de la chanson Nemesis d’Arch Enemy. Le groupe a terminé en nous offrant leur nouvelle composition Swarm of Casualties. Un groupe très prometteur!

Death growl par excellence

En deuxième partie venait le groupe de death métal Spirit of Rebellion, originaire de Rimouski. Dès le début, l’intensité donne le ton; ça se ressentait très bien dans la salle. Le chanteur Steven Landry est descendu à plusieurs reprises de la scène pour aller rejoindre la foule et les musiciens étaient vraiment à l’aise sur la scène. Avec un son impeccable et des vocaux des plus gutturaux, le groupe nous a offert une bonne variété de chanson au travers leurs albums, tel que Beg, Infliction of pain, Undisclosed Doctrine et Into the Void. Si vous aimez ce genre et ne connaissez pas le groupe, je vous le recommande fortement. Du death métal à son meilleur!

Burning… the stage!

Pour terminer la soirée, nul autre que Burning the Oppressor! Depuis le lancement de leur album Bloodshed et leur passage au Heavy Montréal, le groupe semble être dans tous les évènements et ne fait que gagner en popularité! C’est donc avec leur intensité bien à eux qu’ils embarquent sur scène chargée à bloc. Avec un mélange de brutalité et de groove, le groupe nous offre une prestation décoiffante et ils semblent tous très heureux d’être présents ce soir. Le chanteur Kevin Bordello interagit beaucoup avec la foule et descend régulièrement de scène pour aller rejoindre celle-ci au parterre. N’étant pas la première fois que je les voyais en action, je suis encore très heureuse de m’être déplacé pour eux. Burning the Oppressor reste un groupe à voir!

Je me dois de féliciter de DMBH Prod pour le choix de ces trois excellents groupes qui ont fait de cette soirée une belle première. Le prochain évènement de l’organisation aura lieu le 14 décembre 2018 au Bar Piranha, mettant en tête d’affiche le groupe montréalais Hands of Despair.

Texte: Karine Ferland

Photo d’archives: Martine Labonté