Parkway Drive @ le Métropolis, 09.10.2016

L’automne est bel et bien arrivé au Québec, saison synonyme du retour en classe et de la fin des vacances. Pour les musiciens professionnels, il s’agit d’un retour à un horaire de tournée effarant, revigoré par la saison estivale. Parkway Drive, We Came As Romans, Counterparts et les stars locales Blind Witness venaient au Métropolis pour lancer cette saison forte en décibels.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR VOIR LES GALERIES

blind-witness-18 réapparaît à Montréal pour la première fois depuis 2012, l’année fatidique où il a cessé ses activités. Le groupe avait terminé sa carrière en beauté en participant à Heavy Montréal. Impossible d’ignorer l’énorme engouement que la formation engendre depuis plus d’une demi-décennie. La foule est dense et énergique dès les premières notes. Les gars œuvrant dans le metalcore très heavy (presque deathcore) savent comment faire bonne impression. La nostalgie s’empare de moi: toutes les chansons que Blind sont comme des vieux amis; je les connais comme le fond de ma poche. C’est la première fois que je vois le groupe, et je ne suis pas déçu, même s’ils me paraissent un peu rouillés. Le guitariste Olivier Roy, jouant maintenant avec son groupe hardcore Boundaries, est cependant en pleine forme. Les gars de Granby terminent leur set avec leur chanson fétiche: Baby One More Notch, incluant le célèbre «TABARNAK!», faisant office de tremplin pour un breakdown gigantesque. Le Métropolis fait résonner ce juron typiquement québécois, de quoi rendre fier la scène Metal locale.

Mon groupe favori, Counterparts, arrive sur scène tout en douceur. Le chanteur, Brendan Murphy, se contente de sobrement saluer la foule en guise de signal de départ. La formation ontarienne dégage quelque chose de spécial. Une authenticité et une modestie profonde émanent de sa performance, saluant la présence d’autant de fans dans les gradins. Le hardcore émotif et urgent du groupe touche une corde sensible chez beaucoup de jeunes amateurs de musique heavy. Le contenu lyrique est également de haute voltige, abordant des thèmes comme la dépression, la mélancolie, la solitude, mais toujours teinté d’une vision remplie d’espoir. Brendan et sa bande ont su conquérir un large bassin de fans en restant toujours transparents et honnêtes. Les musiciens ontariens ont beaucoup d’énergie ce soir et il fait bon les voir performer sur une grande scène. La Vitrola avait accueilli le spectacle tête d’affiche du groupe en février dernier. Sa performance est beaucoup plus solide aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, je suis complètement biaisé: les chansons viennent me toucher droit au cœur et je chante chaque ligne.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR VOIR LES GALERIES

parkway-drive-22We Came As Romans foule ensuite la scène du Métropolis, attendu par une foule débordante d’énergie. J’ai vu le groupe au Heavy Montréal cette année, et j’ai bien aimé leur prestation. Cependant, je m’attends à ce qu’il interagisse avec un parterre beaucoup plus réceptif qu’au Parc Jean-Drapeau. Les fans de la formation américaine sont au rendez-vous et chantent les refrains à tue-tête. We Came As Romans offre depuis plus d’une décennie un post-hardcore inspiré, souvent critiqué, mais toujours apprécié par les fans du genre. Portée par David Stephens aux cris (et au chant clair, depuis peu!) ainsi que Kyle Pavone au chant clair, la formation est reconnue pour ses compositions aux tendances hymniques et épiques. Un véritable plaisir à voir sur scène!

Ceux-ci quittent la scène et laissent la foule sur leur faim. Alors qu’on attend l’arrivée de la tête d’affiche, un moshpit éclate pendant que la chanson Bohemian Rhapsody de Queen résonne depuis les haut-parleurs. Je m’attends à un véritable ouragan lorsque les Australiens de Parkway Drive lanceront leur prestation. Effectivement, le Métropolis s’effrite lorsque le groupe arrive sur scène. Depuis près de 15 ans, le quintet a su devenir l’une des plus importantes figures de la musique heavy du 21e siècle. Les salles sont pleines à craquer partout où il passe. Les 5 musiciens sont considérés comme des pionniers du genre qui leur est propre. Leur réputation n’est plus à faire, et ça paraît sur scène. La formation ne possède que des chansons légendaires et classiques. La foule se déchaîne à un point tel! Je peux affirmer sans me tromper que le Métropolis a rarement été témoin d’une ambiance aussi survoltée. La scénographie est à son comble grâce aux lumières vibrantes et à la pyrotechnie. Vraiment, l’équipe de Parkway Drive a mis le paquet pour que cette tournée reste gravée à jamais dans la tête des fans. Un succès sur toute la ligne!

Texte: Cédric Joly

Photos: Martine Labonté