SUM 41 @ le Métropolis, 17.10.2016

«S’éloigner pour mieux revenir»: une formule qui semble avoir fait des merveilles sur la formation canadienne Sum 41. De retour sur le devant de la scène après de longues années d’absence, le groupe emmené par Deryck Whibley était déterminé à nous faire décoller du plancher. Nouvel album, 13 Voices, et nouvelle tournée Don’t Call It A Sum-Back Tour: on a connu des lundis pires que celui-là.

À une époque, Sum 41 c’était ces «ados» rebelles au look de skaters, déchaînés sur leurs guitares, dans une piscine vide… personne n’a pu oublier les paroles d’«In Too Deep», second single de leur premier opus All Killer, No Filler. La piscine et le look ado rebelle (quoique…) mis de côté, rien n’a vraiment changé.

Les albums défilent, mais l’énergie semble se décupler à chaque prestation du groupe. En guise d’échauffement, Senses Fail et As It Is étaient chargés de préparer le train visiblement déjà plus que prêt. Un bon début de soirée, déjanté à souhait.

C’est sur une scène baignée dans une lumière rouge sang, un mur d’amplis prêts à cracher un son brut et énervé que Sum 41 arrive sur les coups de 22 h, sous les hurlements d’un public extatique et gonflé à bloc. The Hell Song marque le début des hostilités (et la montée sur scène de quelques fans très chanceux, minutieusement choisis par Deryck). Une bonne entrée en matière avec ce morceau extrait de leur second album, Does This Look Infected? : un titre énervé, des riffs rapides et incisifs, une équation parfaite. Over My Head (Better Off Dead) et Fake My Own Death viennent compléter ce retour en arrière qui fait un bien fou.

«Ladies and gentlemen, welcome to the tour!», lance alors le chanteur, un sourire dans la voix.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO POUR VOIR LA GALERIE

sum-41-3

Classé au top des ventes dans le pays, le nouvel album nous est présenté avec Goddamn I’m Dead Again suivi d’Underclass Hero. Screaming Bloody Murder et There Will Be Blood ne font qu’entretenir cette flamme qui embrase le Métropolis, mais avant d’entamer le prochain titre, Deryck s’arrête puis explique les raisons de leur longue absence sur scène: «I was sick for a little while and I stayed at the hospital in L.A and I was wondering what I was fighting for and then I realized…I was fighting for this». Sa force, son envie de se battre contre ses démons, c’est son public, ses fans.

C’est sous un tonnerre d’applaudissements et de hurlements que le groupe entame les premières notes de War, moment émouvant de la soirée. Le calme aura été de courte durée: des colonnes de fumée et des faisceaux colorés aveuglants annoncent l’arrivée de Motivation, We’re All to Blame et Walking Disaster. Dire que le public ce soir-là était survolté est un euphémisme: Sum 41 se nourrit allègrement de toute cette énergie puis laisse le batteur seul sur scène pendant quelques minutes afin qu’il montre toute l’étendue de son talent. Puis à la surprise générale, un énorme squelette gonflable aux yeux rouge flamboyant tombe juste derrière le batteur, faisant le «41 salute»: comprenez 4 doigts en l’air à la main droite et un doigt d’honneur avec la main gauche. Le groupe reprend We Will Rock You de Queen, un classique parmi les classiques, revisité façon Sum 41 avant de terminer avec In Too Deep et Still Waiting; deux titres extraits respectivement de leurs premier et second albums, qui visiblement n’ont pas pris une ride.

Après une brève pause, les Canadiens remontent sur scène pour Pieces — joliment interprétée par Deryck au piano puis 13 voices, extrait de leur dernier album du même nom. Enfin, c’est la très entraînante Fat Lip qui vient clôturer une soirée survoltée. Sum 41, c’est un peu comme une cure de jouvence: une adolescence retrouvée, les soucis oubliés et de la joie et de la bonne humeur.

Texte: Marine Lardennois

Photos: Helene Dickey

SETLIST

The Hell Song

Over My Head (Better Off Dead)

Fake My Own Death

Goddamn I’m Dead Again

Underclass Hero

Screaming Bloody Murder

There Will Be Blood

War

Motivation

We’re All to Blame

Walking Disaster

With Me

God Save Us All (Death to POP)

Drum solo

No Reason

We Will Rock You (reprise de Queen)

Still Waiting

In Too Deep

RAPPEL

Pieces

13 voices

Fat Lip