Alestorm amarre au dock de Québec!

C’est une fin de semaine empreinte de métal qui se termina dimanche dernier à l’Impérial Bell de Québec. Des groupes divers, incluant Coheed and Cambria la veille, ont fait vibrer les Québécois et ce fut Alestorm, accompagné de Gloryhammer et de la formation d’Alma, TrollWar, qui eurent la chance de fermer la danse. C’est un Impérial Bell rempli à craquer qui accueilli les groupes festifs, bière à la main et épée de plastique à la ceinture.

TrollWar monta sur scène pile à l’heure sous les cris de joie de la foule prête depuis un bon moment à naviguer au rythme des guitares. Le groupe, composé de sept musiciens tout autant talentueux que dynamiques, offrit ses compositions accompagnées de beaucoup d’interactions avec le public. Chantant bonne fête à un de leurs amis entre deux «mosh pit», le tout reparti de plus belle. Ayant à leur actif les albums Earthdown Groves et Bloodshed Forges, ainsi qu’un EP The Traveler’s Path, TrollWar a pu s’assurer une place de choix dans le cœur du public ce soir-là et su brillamment préparer la foule aux prestations suivantes.

Ce fut ensuite au tour de Gloryhammer de venir nous plonger dans leur monde cosmique. Tous costumés et campant leurs personnages intensément, le quintet entama Rise of the Chaos Wizards juste après leur intro avant d’enchainer avec Legend of the Astral Hammer où le chanteur du nom de Angus McFife détruit un troll, ou plutôt un monstre galactique, à l’aide de cette fameuse masse. Très théâtrale et totalement divertissante, leur prestation me plut grandement du début à la fin, encourageant la foule à chanter et scander leurs noms. C’est sur The Unicorn Invasion of Dundee que la formation britannique… oups, pardon, de l’espace laissa les terriens aux mains de pirates sympathiques.

Alestorm fit son apparition sous les cris de leurs moussaillons prêts à prendre le large. C’est devant un immense canard gonflable que la formation britannique entama Keelhauled suivi de Alestorm. À peine les premières notes faites que le parterre s’anima du début à la fin de la représentation. La bière coulait à flots, autant dans les estomacs que sur le sol. Tous chantant les paroles, le bras dans les airs et l’ambiance était à la fête et l’amusement. Les fans purent entendre leurs chansons favorites, tel The Sunk’n Norwegian, Nancy The Tavern Wench, où nous avons dû ramer tous en chœur, ainsi que Captain Morgan’s Revenge et une reprise de Hangover de Taio Cruz. C’est avec Drink, une reprise de Pirates of the Sea, Wolves of the Sea et Fucked with an Anchor que la formation repris le large, promettant un retour à notre port quand les vents seront favorables.

Texte: Marie-Pier Faucher Bégin