Children of Bodom @ Théâtre Corona, 24.11.2016

Bien que le spectacle ait eu lieu au Théâtre Corona plutôt qu’au Métropolis, l’ambiance était au rendez-vous. Je pourrais même dire que la programmation de cette soirée a attiré les fans purs et durs de Children of Bodom. Dans l’ensemble, ce fut une méchante belle soirée grâce à la musique brutale d’ONI, Exmortus, Abbath et Children of Bodom

En arrivant au Théâtre Corona, je ne connaissais pas le band Exmortus. Le quatuor trash-death californien m’a totalement décoiffé le toupet. Personnellement, je trouve qu’ils ont volé le show cette soirée. Bien que beaucoup d’autres affirment que c’est Abbath qui était la vedette de la soirée.

J’ai adoré leur prestation plus qu’extravagante. Le chanteur-guitariste jouant de la guitare dans son dos ou encore lorsque celui-ci a joué entrelacé avec l’autre guitariste. Plutôt coquin pour un show de trash-death aussi brutal. Je dois avouer que les membres du groupe, particulièrement le chanteur, ne sont pas d’un laid choquant.
Il ne serait pas surprenant que dans quelques années, Exmortus soit la tête d’affiche. Je dois avouer qu’ils ont été mon coup de cœur de la soirée et j’ai vraiment hâte de les revoir à Montréal.

Le fait qu’Abbath ait joué avec des musiciens tel que Varg Vikernes (meurtrier, incendies d’églises, allégeances politiques d’extrême droite, nazis, etc.) m’oblige à ne pas passer sous silence les liens entre ces individus. Bien qu’Abbath ne soit pas aussi explicite dans ses allégeances, il a quand même fréquenté de tels individus. Ceci correspond, selon moi, à un positionnement de sa part.

Contrairement à tout le monde dans la salle, je crois être la seule personne qui avait hâte que la prestation d’Abbath et son groupe se termine. Bien qu’Abbath soit absolument sensationnel à la guitare, j’ai trouvé que le son du Théâtre Corona ne valorisait pas le talent des musiciens. Ceci est valable pour l’ensemble des groupes de la soirée.
Je sais que c’est une figure légendaire du black métal, mais je n’ai pas été impressionné.

Je ne veux pas faire de jeux de mots poche, mais c’était littéralement le Chaos (dans le bon sens) au Théâtre Corona ce jeudi.
Bien qu’il s’agisse du I Worship Chaos Tour, seulement trois morceaux du dit album ont été joués au Théâtre Corona. De plus, aucune chanson de Halo of Blood, l’album précédent, n’a figuré sur le set list de la soirée. Alexis Laiho et sa bande nous ont donc joué presque tous leurs plus grands classiques! Les fans de la période Something Wild (1997) à Are you Dead Yet (2005) ont dû être vraiment ravis. Bref, le choix de chanson a mis la foule en délire.
Et je dois avouer que l’adolescente de 13 ans en moi capotait bin raide de voir ce groupe finlandais mythique.

Certains fans de longue du groupe craignaient l’absence de l’ancien guitariste Roope Latvala, mais la prestation ne semble pas en avoir souffert, selon moi.

Je dois avouer qu’à plusieurs moments au cours de la soirée j’ai eu de la difficulté avec le son. J’ai eu de la misère à distinguer les sons de chaque instrument et de la voix. Les instruments avaient l’air de saturer le système de son du Théâtre Corona.

J’ai trouvé leur prestation en somme, très glaciale et distante. Bien qu’Alexis Laiho soit sans contredit un virtuose plutôt impressionnant, il n’est pas le front man de l’année. Même qu’il n’accotait pas les performances du chanteur d’Exmortus et Abbath. Heureusement, Henkka, le bassiste a su créer un lien avec le public en s’adressant en français. Les membres du band semblaient vraiment honorés de revenir à Montréal en moins d’un an. Une chance qu’il y a eu quelques interactions avec le public, sinon j’aurais pu écouter du Children of Bodom chez moi et puis ça aurait pu être pareil.

Texte: Laurence Doucet

Set list
Needled 24/7

Follow The Reaper

Living Dead Beat

Trashed, Lost & Strungout

Morrigan

In Your Face

My Bodom (I Am The Only One)

Everytime I Die

Bodom After Midnight

Silent Night, Bodom Night

I Worship Chaos

Angel Don’t Kill

Lake Bodom

Children Of Decadence

Rappel

Hate Me!

Downfall