Découverte : The Last Colour

Nouveau venu sur la scène Metal montréalaise, le duo instrumental  The Last Colour sortait tout récemment son premier album intitulé Beautiful Apocalypse. Un album où la virtuosité des musiciens est complètement déroutante. Le groupe possède un son tout à fait innovateur et impossible à classer à l’intérieur de quelconque branche de métal mais qui saura au même moment plaire à un large public. Aussi épique que Pink Floyd mais complexe comme Mars Volta, le duo produit un son lourd et métallique quelque part entre le Djent, le Progressif, le Math-Core et le Post-Métal.

L’album Beautiful Apocalypse nous plonge dans un cauchemar de polyrythmies déjantées et de riffs de guitare excessivement imaginatifs. L’absence de chanteur pourrait donner l’impression d’un vide, d’un manque qui doit être rempli, mais ce n’est aucunement le cas. Les ambiances musicales racontent sans le savoir une fable nihiliste qui hypnotise l’auditeur à n’en perdre vite tout sens de la réalité. La production et la performance des musiciens sur l’album sont sublimes. L’on pourrait croire qu’un travail interminable en studio fût nécessaire pour arriver à obtenir un résultat aussi grandiose et intense, mais avec seulement trois concerts à leur actif, The Last Colour a déjà prouvé être en mesure de reproduire en spectacle le nombre incalculable de formules mathématiques nécessaires à la construction de leurs épiques pièces musicales. Encore plus impressionnant de savoir que The Last Colour peuvent interpréter ça sans même forcer. Tout simplement incroyable et à jeter par terre.

Beautiful Apocalypse est disponible dans plusieurs disquaires indépendants de la province grâce à PAG Distribution.

Facebook du groupe

Pour les fans de Cloudkicker, Animal as Leaders, Isis, Deafheavean et Mastodon

Texte: David Atman

Photo: The Last Colour