Daran @ Saint-Hyacinthe, 22.05.2015

C’est dans l’ambiance rustique et chaleureuse du Zaricot à St-Hyacinthe où « Le silence est d’or et le bla bla bla est dehors » que commence mon voyage dans « Le monde perdu » de Daran.

Débute l’aventure avec, en entrée, la belle Gaëlle Bellaunay (Kensico) qui m’emmène dans un voyage sur sa terre d’accueil, le désert de la Californie. La douceur de cette chanteuse et l’intensité de sa voix est un magnifique mélange qui m’a permis de savourer quelques belles chansons de son répertoire tiré de son album « White sage » sorti en janvier 2015 ( www.kensicomusic.com) qui est présentement en tournée à travers le Québec.

La chanson qui m’a le plus touchée est « Absinthe & Morphine for breakfast », chanson dédiée à son ami emporté par la maladie qui a vite fait de me ramener à un moment d’émotion intérieure. Si vous avez la chance de la voir en représentation, n’hésitez pas!

Pour le menu principal : Daran.

Seul avec sa guitare dans l’ombre d’un coin de la scène afin de laisser toute la place à la projection d’un film sur grand écran où Geneviève, aux mains d’or, vient agrémenter ses chansons en dessinant avec talent des ajouts au film qui se déroule sous nos yeux afin de nous embarquer dans la caravane de ce nouvel album. Daran nous partage ses textes qui nous obligent à un temps d’arrêt et de réflexion. J’ai donc eu le privilège de boire les paroles et de me laisser bercer par sa guitare et son harmonica.

J’ai aussi découvert un homme avec un grand sens de l’humour. Les petits pépins de la scène n’ont pas eu d’autre tournure que de nous faire rire. Daran nous offrant un 3,5% de remise sur notre billet pour un problème de son, pour finalement décider de nous reprendre ce 3,5% puisque nous avons eu le privilège d’écouter à 3 reprises le début de  « Tchernobyl ».

Je crois sincèrement que c’est avec un public conquis que Daran et Geneviève nous ont déposés au bout du chemin de ce spectacle si je me fie à l’ovation debout de plusieurs minutes qui nous a permis d’avoir pour dessert la magnifique chanson « Une sorte d’église ».

Comme à la fin d’un bon repas, nous avons eu droit à un digestif par la générosité de Daran qui était disponible pour signatures d’autographes et de Geneviève qui m’a laissé, comme à bien d’autres, le souvenir de son talent en nous dessinant un petit chef-d’œuvre personnalisé.

C’était pour moi une grande soirée d’initiation. Initiation à la musique de Daran, dont je suis fan maintenant et l’initiation à ce magnifique privilège de vous décrire cette belle expérience.

Espérant vous avoir un tant soit peu transmis ma grande satisfaction de cette soirée inoubliable, je vous souhaite à vous aussi de vous retrouver dans ce monde perdu!

Texte: Sunny Gagnon