Festivoix, Trois-Rivières, Musique!

Voilà réunis les éléments pour passer un super festival. L’ambiance que l’on retrouve chez les Trifluviens est assez spectaculaire. Les gens sont souriants, avenants, mais surtout ils ont une envie folle de nous faire découvrir ou encore de nous permettre d’apprécier ceux que l’on connait déjà. Le Festivoix c’est ça!

Pour ma part, j’ai eu le privilège d’assister au show de The Planet Smashers qui a eu la lourde tâche de réchauffer le public afin d’accueillir ceux que tous attendaient avec impatience The Offspring. Mission accomplie, les musiciens et un chanteur hyper dynamiques ont sût envouter le public. Lorsqu’Offspring est entré en scène, c’est une foule survoltée qui les attendait. Il faut dire que comme je ne suis pas une grande connaisseuse de ce type de show, j’ai été vraiment surprise de voir les gens être aussi envoûtés par ce groupe. Les bouteilles de bière ont été bien plus utilisées comme projectile afin d’arroser la foule que pour abreuver les gens présents.

Je dois avouer que c’est la superbe Elisapie qui a su me faire vibrer. Après un orage fou sur Trois-Rivières, je croyais arriver sur place et que les gens ne seraient pas au rendez-vous. Erreur!! Le parterre était plein et les gens étaient debout sur les côtés pour apprécier le spectacle. Cette chanteuse, auteure-compositrice-interprète qui nous vient des Premières Nations, a su, malgré le fait qu’elle chante dans sa langue natale et en anglais, nous transporter dans son monde. Elle prend le temps de nous expliquer en quelques mots les sujets qui lui tiennent à cœur et aussi, nous rappelle un peu à l’ordre en nous soulignant que nous devons apprendre plus sur ce peuple qui vivait sur le sol ou nous vivons, bien avant l’arriver de nos ancêtres. Elisapie, c’est la douceur dans sa musique, c’est des émotions qui viennent brasser nos tripes d’adulte qui a encore besoin d’une berceuse à l’occasion. Elle est venue toucher ma fibre de maman par une de ses compositions qui parle du don de soi si présent dans ce peuple trop souvent oublié. Je ne vous ferai pas un cours d’histoire, comme dit si bien la chanteuse, vous en avez eu à l’école! Et si vous ne vous souvenez pas, il existe une chose fantastique qui s’appelle Google (sic). Mais je vous dirai qu’à travers toute cette musique que vous appréciez, chers lecteurs de Daily Rock, si vous avez besoin d’un peu de douceur, de temps d’arrêt, n’hésitez pas à vous déplacer pour la voir dans votre région. Une découverte qui fait du bien, à vous ou à un de vos proches!

qujanaq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.