Fête du lac des Nations 2018

La 37e édition de la Fête du lac des Nations a débuté de la meilleure des façons avec Émile Bilodeau qui a déboulé sur la scène aux alentours de 20 h sous les cris d’un grand public presque tout acquis à sa cause. Âgé d’à peine 22 ans, le Longueuillois, a su rapidement s’attirer les éloges du public québécois mais aussi français. Son aisance sur scène est assez incroyable et sa bonne humeur communicative a fait de ce show un gros succès. Après les feux d’artifice, La Chicane a fait danser le public qui avait décidé de resté malgré l’heure un peu tardive pour un jour de semaine et sous le chapiteau, c’est The Lost Fingers qui eux aussi ont fait lever les jeunes et les moins jeunes pour danser jusqu’au bout de la nuit.

À première vue, un peu moins de monde s’est dirigé sur le bord du lac des Nations pour la deuxième journée. Pour ma part, je ne connaissais pas les deux groupes qui se trouvaient sur la grande scène, peut être que c’était le cas pour un certain nombre de personnes ou peut être la fraicheur qui s’était installée en ce début de soirée. C’est le duo sherbrookois Hey Major qui s’est chargé de faire bouger la foule. Cette dernière a semblé un peu gênée, mais peu à peu quelques personnes ont embarqué avec ce qu’avait à nous offrir les frères Fortin.

Après les traditionnels feux d’artifice, c’est au tour d’X Ambassadors, groupe originaire d’Ithaca, New York de clore la soirée. Au vu des premiers rangs à majorité composés de jeunes gens, j’ai tout de suite compris pourquoi je n’avais jamais entendu parler de ce groupe. La magie n’a pas mis long a opéré et la foule s’est très vite réchauffé avec la musique assez rythmée des Américains.

Un petit détour par la scène du Bistro pour y voir et surtout entendre Jeff Dubé. La voix de Noir Silence a récemment lancé son troisième album solo intitulé Ménestrel. La musique de Jeff est faite pour bouger ce qu’ont fait plusieurs personnes sous le chapiteau, mais aussi pour réfléchir, prendre conscience de ce qui nous entoure avec des thèmes comme la persévérance, l’appartenance, mais aussi de l’amour. Un artiste à revoir pour ma part afin de prendre plus le temps de l’écouter.

Vincent Vallière faisait un arrêt à Sherbrooke dans le cadre de sa tournée d’été et il y a fallu que quelques secondes pour se mettre le public dans sa poche. Il faut dire qu’il joue un peu dans son jardin et qu’il devait y avoir beaucoup de ses amis, mais aussi sa famille dans la foule, mais ça n’est pas juste ça. Le Sherbrookois qui a lancé 7 albums depuis 99 a bon nombre de ses chansons qui sont entrées dans la tête des gens. Une grosse heure et demie de show, le monde était fin prêt pour les feux!

N’étant pas un amateur de country, je n’avais jamais entendu parler de Robby Johnson, c’est simple je pensais que c’était un Américain! Pas du tout, il est originaire de Saint-Georges! Je n’étais pas très loin, car c’est avec South of me qu’il est devenu une star du country aux USA. Robby Johnson a déboulé sur scène pour deux heures de folies musicale. Musique country, rock, ballade, tout y passe. Bien appuyé par un excellent band le Beauceron c’est lui aussi mis le public dans sa poche. Robby avait profité des ce show à Sherbrooke pour inviter quelques amis à chanter avec lui, Gregory Charles, Wilfred LeBouthillier, Corneille et surtout Marie-Mai qui a fait toute une performance, on donné le petit plus qui a rendu cette soirée magique.

Avoir les Cowboys Fringants dans son festival c’est, l’assurance de faire de la soirée un succès. Une très grosse foule s’est amassée devant la grande scène afin d’y faire la fête. Tout au long du show, on a pu assister à un karaoké géant. En début de soirée Marjo est venue rocker la scène du bistro et il était bien difficile d’y voir quelque chose, car il ne devait plus rester beaucoup de place.

La fête du lac s’est terminée en beauté, mais sans Daily-Rock Québec partit sous d’autres cieux. Le samedi Roger Hodgson LA voix de Supertramp a offert un véritable best of de tous ses plus grands succès et de celui de son groupe. Le lendemain c’est un hommage à Pink Floyd qui a définitivement scellé le sort de la 37e Fête du lac des Nations de Sherbrooke. Près de 200’000 personnes se sont amassées devant les différentes scènes.

Texte: Sébastien Tacheron

Photos: Catherine Gibson