Simonak

La soirée commence bien avec Simonak trio de Montréal qui déménage et qui s’amuse à jouer un hybride de stoner rock et de grunge avec des sensibilités pop intéressantes

Les passages parlés/rapés nous font penser a du Aut» Chose. On entend aussi clairement du Weezer version Pinkerton (qui est somme toute la meilleure version de Weezer à avoir comme inspiration, le moins on en dit sur l’album de cover le mieux)!

Plus la soirée avance, plus l’influence grunge se fait entendre. Super à l’aise sur la scène, Simonak donne tout un show pour la 30e de personnes présentes en ce lundi soir!

Loud à en faire vibrer ma bière sur la table, Simonak nous offre tout une prestation pour ouvrir la soirée. Ça s’annonce bien!

Big Vein

Décidément plus punk que Simonak, Big Vein fait monter l’intensité d’un cran. Un peu comme un animal sauvage en cage, le son est à peine contrôlé frôlant le feedback à de nombreuses reprises.

Du vrai punk rock pour faire bouger la foule, Big Vein se montre plus que capable de faire oublier a la foule qu’on est lundi et qu’il va falloir se lever tôt demain matin. Mon réveil à 5:30 me fait déjà peur!

Bien plus que des poltrons, Big Vein savent donner un bon show et nous gâtent même avec une petite «Macarena» suivi d’un classique «Tassez-vous de d’là» qui fait du bien à entendre dans un medley reggae impressionnant.

Après avoir fait trasher la majorité de la foule, Big Vein tire sa révérence et nous laisse entre les mains de Now Future.

Now Future

Le clou de la soirée est Now Future. Des vétérans de la scène, leur hard rock classique ne nous laisse pas du tout sur notre faim. On entend parfois du Motörhead des belles années et il ne manque que les pyrotechniques pour se retrouver dans les années 1980. Avec la pièce «Me Myself and I» on assume complètement nos envies punks qui ont si bien servi à Big Vein.

La présence scénique du chanteur nous fait penser à un Alice Cooper, sans le serpent bien sûr. Une vraie partie de plaisir à voir performer, la soirée finie bien.

Le groupe est aussi bien servi par une foule endiablée qui lui rend toute l’énergie qu’il lui envoie.

C’est avec les oreilles qui bourdonnent que je quitte le bar. De loin le meilleur lundi soir que j’ai passé depuis longtemps! Ce n’est pas tous les jours que l’on trash sur de la musique de quinquagénaires!

Je tiens à remercier Marc Zed de Zolla Production qui a organisé toute la soirée, pour son hospitalité. Suite à l’entrevue qu’il m’a donnée, on aura bientôt droit à un petit coup d’œil sur ce qui se passe dans le monde des bookers indépendant de Montréal…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.