ONE MORE TIME @ Théâtre Corona, 07.10.2017

Une fois n’est pas coutume, et comme on dit: pas de changement, pas d’agrément. J’ai donc mis la distorsion de coté pour une fois et assisté à la soirée hommage à DAFT PUNK avec ONE MORE TIME, au Théâtre Corona de Montréal, ce vendredi dernier.
Fan de la formation depuis ses débuts dans les années 90 j’ai toujours plus ou moins suivi leur carrière et c’est pourquoi je n’ai pas hésité a me porter volontaire pour venir entendre leur musique en format “‘live»’ et ce, même si ce n’était pas le vrai groupe.

En ouverture, le DJ montréalais DJ OVERFLOW est venu divertir le public pendant la première heure. Malgré de légers problèmes techniques, le DJ a livré une bonne performance, interagissant même avec le public a quelques occasions, s’amusant a le faire chanter vers la fin de sa prestation.

Probablement venus davantage pour entendre l’hommage à Daft Punk, la majorité des spectateurs se sont pointés pour le début du second acte et l’énergie a rapidement empli les lieux dès les premières notes d’un remix du succès ‘‘Robot Rock»’, le groupe reprenant l’ouverture du spectacle de la tournée (et de l’album) Alive 2007.

D’ailleurs, petite déception prévisible, car n’étant pas en tournée à proprement parlé, le groupe n’avait pas avec eux les décors scéniques inspirés encore une fois, de la tournée Alive 2007, mais plutôt un équipement ‘‘standard»’ de DJ, accompagné de projections sur écrans géants et d’un puissant (trop?) éclairage.

Un détail important et plaisant de ONE MORE TIME, c’est l’attention portée aux détails, les costumes, la gestuelle et la dynamique se rapprochant beaucoup de celle du duo français. Si on aime parfois que les groupes hommages prennent certaines libertés, et s’approprient l’œuvre, j’imagine que dans le cas d’artistes aussi visuels que DAFT PUNK, rester près de l’original a son importance.

Malgré tout ONE MORE TIME ne s’est pas simplement contenté de nous livrer des morceaux copiés/collés des originaux. Ça reste du DAFT PUNK certes, le son et les effets restants les mêmes, mais ils ont quand même pris la peine de réaménager les pistes de façon inédite, et pour ça, c’était très réussi.

Une belle soirée!

Texte et photos: Michel Arseneault