Sabaton @ l’Impérial, 26.04.2017

C’est devant un Impérial complet que la formation Sabaton performa mercredi dernier dans le cadre de leur tournée The Last Tour. Accompagné des groupes Battle Beast et Leaves Eyes pour l’occasion, le concert s’annonçait plus qu’excitant. Alors que la dernière présence de Sabaton au Québec remontait à l’été dernier au Heavy MTL, les fans fidèles étaient au rendez-vous plus que déterminés à montrer au groupe qu’il n’y a rien comme l’énergie du Québec pour se réchauffer.

Pour ouvrir la soirée, la formation finlandaise Battle Beast se présenta sur scène pour offrir plusieurs titres tirés de leur album Bringer of Pain sortis plus tôt dans l’année. Le groupe offrit tout qu’une prestation dynamique et entraînante. Ce fut ensuite au groupe originaire de la Norvège et de l’Allemagne, Leaves Eyes, de faire lever le public. Sous les applaudissements, les premières notes d’Halvdan the Black s’élevèrent dans la salle. Ils pigèrent surtout dans leur dernier album Kings of the Kings tout au long de la prestation. Toutefois, Hell of the Heavens, de l’album Symphonies of the Night, et Fire in the North, tiré du EP du même nom, s’ajoutèrent à la liste au milieu de la prestation pour le plaisir de leurs fans.

Après cette légère touche féminine, Sabaton prit d’assaut l’Impérial sous les premiers accords de In the Army Now, originairement interprété par Bolland & Bolland. La formation de la Suède offrit ses meilleurs succès, dont The Last Stand, tiré de leur dernier album portant le même titre, Ghost Division, de The Art of War ainsi que plusieurs autres. Ils parcoururent la majorité de leurs albums au grand plaisir des fans présent. Les voix s’élevèrent plus le spectacle avançait et la foule ne cachait point sa joie. Comparativement aux groupes précédents, Sabaton semblait avoir moins de mise en scène. Cependant, cela ne brimait rien à la qualité sonore et musicale du concert. Haut en couleur et éclatant, leur prestation fit plus d’un heureux en espérant que ce ne soit point leur Last Tour!

Texte et photos: Anouk St-Vincent