Une invasion musicale britannique à Québec

Ça fait plusieurs mois qu’on les attendait et nous avons été servis à grands coups d’explosif et d’Eddie géant. De passage dans la Capitale Nationale après avoir fait vibrer Montréal, les légendes du metal, Iron Maiden, étaient de passage pour leur tournée Legacy of the Beast. Célébrant du coup le 61ème anniversaire de naissance du chanteur Bruce Dickinson, l’ambiance était grandement à la fête devant un Centre Vidéotron pratiquement plein, même si quelques rares billets furent disponibles le matin même de l’événement.

Avant tout, c’est la formation londonienne The Raven Age qui débuta la soirée. Devant un aréna qui se remplissait au compte-goutte, le quintet n’eut pas de mal à se faire applaudir à chaque titre. Le public semblait les apprécier, et je dois dire que, pour ma part, leur nouvel album Conspiracy tourne en boucle depuis ma sortie du concert. Ce melodic metalcore réchauffa grandement la foule qui tapait des mains en chœur au rythme des chansons. Ayant joué le ¾ des chansons de leur nouvel album, ils ont tout de même joué deux titres de leur premier opus, Darkness will Rise; Promised Land et, pour conclure, Angel in Disgrace.

Ce fut ensuite la tête d’affiche qui monta sur scène pour nous faire vivre toute sorte d’émotions fortes. La formation qui fêtera ses 45 ans l’an prochain prit d’assaut la scène comme un jeune groupe fringant. énergiques, généreux, ils parcouraient la scène de long en large à la rencontre de leurs fans qui ne rataient pas une parole de Aces High alors qu’un énorme avion flottait sur scène. Nous avons débuté le concert dans un décor de combat digne de la WW2 où nous avons aussi entendu 2 Minutes to Midnight et The Trooper tandis qu’un Eddie en échasse attaquait Bruce. Nous sommes ensuite plongés dans une cathédrale alors que Revelations résonnait dans l’aréna. S’en est suivi des chansons comme The Wicker Man, The Sign of the Cross ainsi que Flight of Icarus avec un Icare ailé géant en arrière scène. Le groupe anglais finit le concert avec The Number of the Beast, et une tête géante d’Eddie démon, ainsi qu’Iron Maiden. Ça ne prit pas de temps pour avoir le rappel qui comprenait The Evil that Man do, Hallowed by the Name et Run to the Hills. Il est à souligner que nous n’avons pas quitté la salle avant que le batteur, Nicko McBrain, nous fasse chanter Happy Birthday à leur chanteur.

La Legacy of the Beast se déplace alors vers Toronto pour deux soirs et nous ne sommes pas encore remis de notre aventure.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.