The Damn Truth & ZZ TOP @ Place Bell, 17.08.2018

Une soirée qui a su faire bouger les détenteurs de billet, tout autant que la sécurité et les paramédicaux. 

C’est une soirée blues rock que plusieurs attendaient depuis longtemps et où je devais être dans les plus jeunes. La majorité des fanatiques portent quelque chose à l’effigie de ZZ TOP ou bien d’Harley Davidson et même de groupe tout aussi légendaire que ZZ TOP. Le par terre comportait des chaises, ce qui a probablement rendu les gens plus âgés heureux. Avant le début du spectacle, je me suis amusé à écouter les gens parler et j’ai pu entendre des discussions sur les tournées antérieures de la tête d’affiche et surtout, j’ai entendu parler du forum.

The Damn Truth, jeune quatuor provenant de Montréal a su bien commencer le party que cette soirée allait être! Quelques personnes sont debout pour danser et profiter du rock digne des années 70. La scène arbore des signes de paix lumineux et que dire de leur style qui sort carrément de «’That» 70 show»’.

La performance prend un début un peu lent, mais plus ça avance plus l’assistance embarque et plus les membres du groupe sont dynamiques sur scène. Il faut noter qu’ils font un show à la maison et avec des légendes, ce doit être intimidant tout de même. La foule les pardonnent rapidement, car sachez-le: Lee-La Baum a une énergie et une voix flamboyante digne d’Emily Haines de Metric et que dire des harmonies de voix qui nous transportaient ailleurs complètement. The Damn Truth fait clairement partie des ligues majeures du rock!

Lorsque ZZ TOP entre en scène, nos oreilles explosent presque tellement le son est fort. Ce trio légendaire monte sur scène devant un public complètement debout et déchainé malgré les chaises au par terre. Malgré la réputation  de la Place Bell au niveau du son, je me dois de dire que je n’ai déceler aucune lacune sonore, c’était absolument impeccable pour la partie de ZZ TOP. Billy Gibson et Dusty Hill enchainent les classiques en faisant de petites chorégraphies ce qui fait rigoler le public qui chante en cœur!

En milieu de prestation, les gars lancent «Five decades same three guys» (5 décennies et les mêmes 3 gars). C’est beau de voir leur passion encore bien présente et le plaisir qu’ils dégagent lorsqu’ils sont sur scène. Nous avons pu entendre I’m bad, I’m nationwide et Beer drinker and hell raisers et une petite cigarette au passage que nous avons pu voir grâce à notre angle de vu et la hauteur de nos sièges. Cela nous a bien fait rire, ainsi que leurs fameuses guitares de poil!!!!!!

Au premier rappel, nous avons pu entendre La Grange et Tush. Le second rappel  à quand a lui, fait place à la dernière chanson de la soirée: Jailhouse Rock, un «cover» de nul autre qu’Elvis Presley dont l’anniversaire de la mort avait lieu le 16 aout. Quelle belle façon de clore une merveilleuse soirée ! Ce fut sans temps mort pendant près 1h30 au total, considérant leurs âges c’est assez impressionnant!

Texte: Valery Tremblay-Brunelle

Photos: Jesse Di Meo