Theory of a Deadman @ MTELUS, 08.05.2018

C’est en cette belle soirée chaude que Theory of a deadman prenait l’affiche au MTelus! Le fait de changer de registre musical le temps d’un soir me rappelle que la foule peut être très tranquille et bien apprécier le spectacle quand même. Ça me fait tout de même bizarre de ne pas voir de «bodysurfing» ou de «moshpit»! J’en profite donc pour aller m’assoir en haut, afin d’avoir une vue d’ensemble de la soirée. Theory avait à ses côtés Falling through april et Attica Riots pour assurer leur première partie.

Falling Through April, le rock alternatif de la Caroline.

Pour un band premier de soirée, ils étaient agréables à entendre! C’était aussi beau de voir une femme comme chanteuse principale du groupe. Cette femme dynamique se nomme Mikaela Salazar et elle avait une belle harmonie vocale avec les autres membres du groupe chantant aussi par moment. La foule était tranquille, mais elle participait lorsque le groupe le demandait, FTA a même dit qu’il donnerait des chandails à ceux qui chanteraient le plus fort. Cela a fonctionné, c’était la chanson qui a fait lever le plus le MTelus qui se remplissait de plus en plus. Nous avons pu entendre la chanson Coast to coast, Desperate measures et Happy changes. De plus, le 31 mars dernier, FTA a sorti un nouveau «single» du nom de Zodiac qui semble avoir eu comme influence le groupe Metric. Un groupe que j’écouterais sans doute plus en CD qu’en spectacle, bien que ce fut agréable.

Attica Riots, le punch de la soirée!

Ce fut une très belle découverte pour plusieurs, je pense. C’était une énergie très agréable qui s’est rapidement transmise au public. La manière de placer les instruments n’était pas conventionnelle (drum derrière, guitare et basse un peu plus en avant et le chanteur complètement devant), Anders Erickson et son drum étaient à droite complètement de la scène, ce qui les plaçaient tous côte à côte. Cela fait vraiment différent et après une chanson on comprend l’une des raisons pour laquelle ils sont placés ainsi! Bobby Desjarlais et Kyle Erickson sautaient d’un côté à l’autre de la scène sans arrêt! C’est un groupe sans artifice dans le sens qu’il n’y avait absolument aucun visuel, mais leur énergie et leur mouvement était amplement suffisant et ce fut difficile de les quitter des yeux pendant leur prestation. Nous avons eu un solo drum et guitare au milieu du set environ, ainsi que plusieurs chansons comme Misery, Life, sunshine and hysteria et Give some, Leave some. Par rapport à cette dernière, Bobby a pris la peine de mentionner que l’inspiration provenait d’un bol de bonbon, ce qui a bien fait rire tout le monde!

Bref, la voix polyvalente de Bobby Desjarlais, ainsi que la justesse des musiciens a hypnotisé le MTelus. En janvier dernier, ils ont sorti un nouvel album, allez jeter un œil!

Theory of a Deadman, les vedettes !

C’est devant un public qui cri et saute de joie que Theory fait son entrée sur la scène. Ce ne fut pas très long avant que tout le monde se mettre à sauter et danser. Le visuel était absolument magnifique avec des écrans partout, ainsi que les paroles des chansons qui y défilaient de temps à autre. Nous avons pu entendre entre autres des chansons comme The things came back, Blow, Better off, Wicked game, Echoes, Drown et Santa Monica.  Tyler Connoly est très bavard avec la foule et très généreux aussi comme lorsqu’il a pris le téléphone d’une personne pour filmer de la scène! Or, ce n’est jamais bien long avant que la musique reparte et qu’on savoure la voix de crooner de Tyler. Ils ont aussi tenté de dire la date en français, c’était très drôle et nous avons aussi appris que le drummer avait 11 ans lorsque le premier album est sorti, ainsi que la chanson Santa Monica datant de 2005 était leur chanson préférée à jouer et qu’ils essaient de la faire à chaque prestation!

Bref, la foule était vendue d’avance pour Theory, mais mon coup de cœur et ceux qui ont volé la soirée son Attica Riots sans aucun doute!!

Texte: Valery Tremblay-Brunelle

Photos: Helene Dickey