Blessthefall @ Théâtre Corona, 04.03.2016

Vendredi soir, le Théatre Corona était la proie de la tournée Drop The Gloves Tour mettant en vedette Sirens & Sailors, Obey The Brave, Miss May I et la tête d’affiche tant attendue Blessthefall.

La salle grouille de jeunes fans à mon arrivée, prêts à perdre la tête devant leurs musiciens favoris.

L’ambiance est à la fête et les gens sont souriants et Sirens & Sailors entrent finalement en scène avec quelques minutes de retard. La formation A War Within, qui ouvre cette cohorte de cinq groupes pour la tournée actuelle, n’est visiblement pas de la partie, qu’à cela ne tienne, le groupe metalcore Sirens & Sailors me plaît beaucoup et je ne suis pas déçu de le voir fouler les planches du Corona en premier.

Les Américains ne perdent pas de temps et installent leur rythme rapide, mélodique, comportant une pointe toute particulière de «heaviness», élément qui les différencie des autres artistes qui forment leur scène. Les gars ne se gênent pas pour balancer de nombreux blastbeats et de lourds breakdowns, soulevés par la voix d’outre-­tombe (presque death) du chanteur Kyle Bihrle, véritable bête de scène. Sirens & Sailors sont aussi réputés pour l’attention qu’ils accordent à la chorégraphie qu’ils exécutent sur scène, rodée au quart de tour grâce à des pirouettes habiles et des sauts synchronisés. Un professionnalisme ressenti teinte leur prestation. À revoir absolument!

Après de longues minutes, Obey The Brave prend place sur la scène du Corona. Ces gars bien d’ici reprennent le flambeau là ou Sirens & Sailors l’ont laissé, soulevant la foule avec leurs riffs hardcore lourd et gras. L’énergie de la foule se décuple et j’ai peine à photographier le groupe, malmené par les innombrables «crowd surfers» et le pit coriace juste derrière moi. L’énergie et le plaisir sont au rendez-vous avec Obey The Brave, visiblement ravi d’enfin revenir à Montréal après de longues semaines en Floride, préparant méticuleusement leur nouvel effort.

Alex Erian (Despised Icon), chanteur du groupe et véritable ambassadeur du metal au Québec, livre une solide performance et dirige les centaines de fans assoiffés de décibels avec aisance. Les musiciens échangent sourires et accolades, festifs et décontractés. Un réel plaisir anime les gars et le Corona en redemande. Erian conclut en invitant la foule à venir faire la fête cet été au Rockfest, dévoilant ainsi en primeur la présence d’Obey The Brave au festival.

Miss May I débarquent ensuite avec leur son metalcore classique et héroïque. On ne peut parler de la formation sans souligner la solidité de leur chanteur Levi Benton, déjà respecté à son jeune âge pour sa fougue et sa présence sur scène époustouflante. Miss May I joue tout en finesse et en fluidité, croisant riffs mélodieux et épiques avec des refrains accrocheurs, nasillards à la limite, portés par un chant clair rempli de conviction. Quoi qu’il en soit, Montréal est en amour avec la formation américaine: il s’agit de leur troisième performance dans la métropole en un an. Benton le souligne également, toujours choyé de pouvoir partager sa passion et son énergie débordantes avec les Québécois. La formation aligne ses plus grands succès et lève une fois de plus la barre du metalcore, toujours impeccable musicalement lors de leurs prestations.

Vient enfin la tête d’affiche, Blessthefall. L’ambiance est électrique, les fans sont hystériques. Le quintet mené par Beau Bokan s’élance avec une intensité incomparable et renverse le Théatre Corona. Le crowd surfing n’arrête plus, le pit est infernal: Blessthefall sème le chaos grâce à son metalcore efficace gorgé de breakdowns et de mélodies implacables. Les cinq musiciens semblent plus grands que nature devant une horde de fidèles survoltés, prêts à tout pour grimper sur scène. La performance du groupe fait trembler le Corona. Bokan et sa bande remercient Montréal avec honnêteté et prennent le temps d’apprivoiser leur public. La soirée se termine et le bonheur règne chez les groupes comme chez les fans, ravis d’avoir pu partager un moment avec ceux qui leur sont chers.

Texte et photos: Cédric Joli

Blessthefall 

Miss May I 

Obey The Brave 

Sirens & Sailors