Coheed and Cambria @ L’Olympia, 21.09.2018

C’est ce vendredi soir pluvieux que nous présentaient Evenko & Greenland Productions un spectacle de progressif-rock avec Crown lands, Protest the Hero et Coheed and Cambria.

L’intensité du spectacle est lancée

C’est exactement à 19 h 30 que Crown lands fait entendre ses premières notes. Originaire de l’Ontario, le groupe est composé de seulement 2 membres, qui sont le chanteur/batteur Cody Bowles et le guitariste/bassiste/arrangement sonore Kevin Comeau. Ceux-ci semblent vraiment à l’aise sur scène, le guitariste «headbang» régulièrement et est très mobile sur la scène, ce qui fait qu’on ne remarque pas l’espace vide vu la position statique de Cody. On embarque facilement dans leurs chansons où on peut entendre une belle influence de blues. Je reste très surprise de la justesse de la voix du chanteur qui sort sans aucune rythmique malgré un «drum» bien intense. En les écoutant, je me sentais replonger avec mes vieux vinyles de rock classique des années 90. J’ai adoré du début à la fin, j’aurais pu les écouter encore longtemps, un beau groupe de chez nous à découvrir!

Une grosse décharge électrique

Le groupe torontois Protest the Hero arrive sur scène avec leur métal progressif très intense qui va donner le ton pour toute la durée de leur spectacle. Tous les membres du groupe semblent au sommet de leur forme et la musique nous donne une belle décharge! Les guitares sont excellentes, le son de la batterie sort vraiment bien, quoiqu’à mon goût, il semble parfois un peu trop fort ce qui fait qu’on n’entend pas parfaitement certaines notes du chanteur. Fidèle à son habitude, Rody Walker a une très bonne connexion avec la foule et n’hésite pas à faire de petites pauses entre les chansons pour compter quelques blagues sur la rivalité Canadiens/Maples Leafs ce qui amuse bien la foule. Le groupe nous offre leurs plus grands succès, dont Bloodmeat, Mist pour terminer avec Skies qui a été chanté par beaucoup de fans! Ils nous ont très bien préparés pour la suite de la soirée!

Une atmosphère magique

C’est avec une excitation palpable que le groupe new-yorkais Coheed and Cambria embarque pile à l’heure sur la scène avec une foule très dense. Ils ouvrent la soirée avec The Dark Sentence qui, avec les effets lumineux synchronisés à la chanson, nous emmène directement dans leur univers bien à eux. Claudio Paul Sanchez III avec sa voix bien unique nous fait plonger dans l’ambiance dès les débuts. S’en suit la chanson Here We Are Juggernaut qui a survolté le public; qu’on peut voir bouger et chanter en chœur au rythme des notes. Les musiciens sont excellents, le son est parfait, j’aurais pu fermer mes yeux et savourer le spectacle comme si j’écoutais les chansons chez moi tellement tout était parfait. Ils enchaînent leurs succès pour qu’arrive finalement, A favor house Altantic, où la foule chante à tue-tête et danse, ce que je me dois également de faire puisque c’est cette chanson qui m’a fait découvrir le groupe il y a de cela 15 ans. Claudio Paul ne prend pas de pause, et fait très peu d’altercations avec la foule, je le vois comme une formule pour nous garder dans le momentum et ne pas briser le monde dans lequel il nous transporte. S’en suit encore plusieurs autres succès Here to mars, Suffuring, The Unheavenly Creatures qui est l’une de mes chansons préférées d’eux. J’ai adoré la musique, la foule, l’énergie dégagée dans la salle, on avait l’impression d’être dans un autre monde. Ils terminent la soirée avec Welcome home et malgré les 1 h 30 de spectacle, j’aurais voulu en entendre d’avantage tellement c’était féérique.

Une soirée à la hauteur de mes attentes, trois excellents groupes et que dire de Coheed and Cambria qui a vraiment donné un spectacle magique!

Texte: Karine Ferland

Photos: Jesse Di Meo