Première édition du Red Bridge Fest!

Deuxième jour, le samedi 8 juin 2019

Pour la deuxième journée de la première édition du Red Bridge Fest à Pont-Rouge, les festivités débutaient dès 12 h. Une grosse journée de 10 heures de spectacles punk rock nous attendait sous un ciel ensoleillé. Entre les spectacles, des matchs de lutte professionnelle avaient lieu au grand plaisir des amateurs et des moins connaisseurs. Le dernier match de la journée, à 18 h 30, mettait même en jeu la ceinture du champion du monde qui est resté invaincu. N’ayant jamais écouté de lutte auparavant, je me suis surprise à me prêter au jeu et à encourager les lutteurs avec le public. À mon avis, les matchs de lutte étaient une excellente façon de faire passer le temps entre les spectacles et a rassemblé la foule.

Dès 13 h, Persistence, un groupe de Saint-Raymond, était le premier à monter sur la scène. Sous l’influence de groupes tels qu’Alexisonfire, Rise Against et Sum41, la formation québécoise à donner une belle prestation d’une trentaine de minutes mettant la table pour les nombreux groupes qui allaient suivre.

C’était ensuite au tour d’Exhibition, un autre groupe de Saint-Raymond, de nous présenter leurs meilleures chansons dès 13 h 50. Leur style plus rapide a permis de faire monter la cadence avec un trente minutes assez intense.

Crane est ensuite monté sur scène vers 14 h 40 pour nous offrir une autre bonne dose de punk rock québécois. Le groupe de cinq musiciens de Portneuf a eu l’occasion de jouer pendant une trentaine de minutes pour nous faire découvrir leurs chansons.

Après la découverte des trois groupes québécois, United Defiance, une formation californienne, nous a offert un 45 minutes de punk/skate punk. Dès 15 h 40, le groupe a pu jouer devant un public déjà excité par toute l’énergie que seul le punk peut nous transmettre.

À partir de 16 h 45, c’est Mute qui a pu nous en mettre plein la vue avec leur technique et rapidité. La formation québécoise ayant déjà fait plusieurs prestations à l’internationale a su nous montrer de quoi ils étaient capables. La bière coulant à flots, c’est devant des fans déjà nombreux et festifs qu’ils nous ont présentés des chansons provenant de leurs différents albums.

 

Cigar

Vers 17 h 50, Cigar a fait son entrée sur scène entrainant un rassemblement rapide de la foule. Dès la première chanson, les fans surexcités agitaient les bras dans les airs en suivant le rythme. Alternant entre nouvelles chansons et vieux succès, le trio a su maintenir avec brio l’ambiance de feu que ses prédécesseurs avaient créé et entretenu jusqu’à maintenant. La formation originaire d’Oregon et de Californie aux États-Unis a été à la hauteur des attentes de leurs fans et les a même fait participer en les invitant à chanter avec eux s’assurant ainsi de maintenir toute leur attention qui était déjà gagné d’avance. De plus, ils ont fait l’effort de nous dire quelques mots en français, nous faisant tous bien rire: «Est-ce que je peux avoir de la poutine svp? … J’ai faim».

Ignite

Après le dernier match de lutte, à 18 h 55, c’était au tour d’Ignite, une formation californienne, de nous partager leur passion. L’ambiance était électrisante, le public sautait et chantait, tout était en place pour un autre spectacle incroyable. Les musiciens avaient une belle présence sur scène, se déplaçaient souvent et interagissaient avec la foule. Pour la cinquième chanson et à leur demande, les plus grands fans se sont regroupés pour former un gros circle pit contribuant ainsi à faire monter l’énergie d’encore un cran. Le groupe avait plusieurs chansons engagées sur des causes qui leur tiennent à cœur dont Descent sensibilisant sur la consommation d’héroïne. Ignite a aussi joué Let it Burn et Embrace en plus de faire une reprise de Only Gonna Die de Bad Religion. Ils nous ont aussi démontré leurs talents en français: «Je t’aime mon petit chou… ma belle fleur». Finalement, ils nous ont laissé avec un message encourageant vers la recherche du bonheur: «Hapiness is wanting what you have».

Authority Zero

Dès 20h05, Authority Zero, un groupe originaire d’Arizona, nous a présenté ses meilleures chansons de style skate punk/reggae. Le rythme rapide de leurs chansons a permis d’amplifier l’ambiance en un claquement de doigts. Avec toute l’énergie qu’on leur connait, le groupe a su remplir la scène en bougeant et sautant, entrainant la même énergie de la part de la foule. Ils se sont démarqué des autres groupes avant eux grâce à leur style musical original provenant d’inspiration tels que Bad religion, Pennywise et Sublime. Toutes nos condoléances vont à Chris Dalley, le batteur, et à sa famille qui malgré la perte de sa mère dans la dernière semaine nous a offert une prestation incroyable. Nous t’en sommes tous très reconnaissants.

Face to Face

Finalement, Face to Face était de retour sur la scène pour clôturer le festival en proposant, cette fois-ci, leurs chansons les plus populaires. Ils nous ont encore gâtés en nous offrant un spectacle avec autant d’intensité que la veille. En plus de quelques chansons provenant de l’album Big Choice, ils ont également joué Blind, Disconnected, Shame on Me et All for Nothing.

Pour une première édition, le Red Bridge Fest s’est vraiment montré à la hauteur de nos attentes. Avec une programmation punk/rock impressionnante, des matchs de lutte, un site de rêve et de la bière pas chère, j’attends avec impatience la confirmation pour une deuxième édition. Bonne bière, bonne musique et bonne compagnie, quoi demander de mieux?

Photos: Felipe Cheechoo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.