Children Of Bodom @ Théâtre Corona, 01.12.2017

En ce premier décembre il m’a été permis de voir le dernier spectacle de la tournée 20e anniversaire, soulignant la sortie du premier album de Children Of Bodom; Something Wild cependant trois groupes ont accompagné la portion nord-américaine de cette tournée et chacun a leurs façons ont su se démarquer lors de cette soirée.

Surprise

Le groupe Uncured a su accrocher la salle. Les deux frères guitaristes ont une maitrise avancée de leur instrument et ils ont tout de suite pris d‘assaut la salle déjà presque pleine.

De l’énergie à revendre

Vient par la suite Lost Society. Ce qui me surprend dès le départ, c’est l’énergie du band et en particulier le chanteur guitariste. Il ne joue pas toujours les rythmiques proprement, mais ajoute à coup sûr un côté très énergique au spectacle. Il saute, il crie, et son énergie déborde tellement qu’on sent qu’il a de la difficulté à se contenir. Cependant lorsque vient le temps des solos il est très efficace, tout comme son compère. Que ce soit en échange de solo de guitare ou en mélodie doublé le tout est très bien ficelé.

La foule répond fortement aux appels répétés du chanteur demandant de nous entendre. Après un mini solo de batterie, les deux guitaristes apparaissent sur scène avec de nouvelles guitares et un chandail de Hockey de Team Canada, pour une dernière chanson. Je crois que le batteur a eu droit à une petite blague. Comme c’était le dernier show on s’est permis de démonter sa batterie morceau après morceau pendant la dernière chanson ne lui laissant que le bass drum et le snare pour finaliser le show. Le band à créer une très bonne impression et l’auditoire le mentionne très fortement.

On change de registre

On change maintenant de dimension pour rejoindre la vibration très sombre du groupe Carach Angren. Après une longue introduction sonore. Une projection représentant le fantôme d’une petite fille donne le ton et maintenant chaque membre du groupe fait son entrée d’une façon théâtrale.

Le clavier apparait soudainement en lévitation, mais tient… pas de bassiste. Nous voilà totalement en immersion pour ce voyage, dans une dimension sombre. L’éclairage aussi demeure sombre tout au long du set. L’entrée du chanteur a été un peu assombrie par un problème technique… pas de micro…. Le côté visuel du band est très bon, mais le son ne rend malheureusement pas justice au set. Peut-être le fait qu’il n’y avait pas de basse, a fait en sorte que ça semblait manquer de profondeur. Même si le tout était fortement séquencé avec de très bons passages symphoniques et lugubres, la balance de son ne permettait pas à mon avis de savourer la profondeur de ce groupe.

Parfois la maitrise du jeu des musiciens (acteurs) est très bonne. On a l’impression qu’ils sont vraiment habités pas des âmes maléfiques. Malgré ces quelques inconvénients, le voyage est réussi et l’impression générale est positive. Nous sommes sortis vivants de ce voyage à côtoyer pendant un cours instant ces âmes noires.

20 ans de carrière

Après une longue attente, ou l’audience commençais même à s’impatienter les héros de la soirée ont fait leurs apparitions. La toile de fond représente la pochette du premier album. Ça s’annonce merveilleusement bien et le groupe livre un après la plupart des pièces du premier album et quelques-unes des suivants. Je ne crois pas avoir entendu de très récentes cependant. La foule participe activement. Le mosh pit est très actif et le crowd surfing est à l’honneur. Je dois lever mon chapeau au personnel de sécurité, car parfois certains individus sont catapultés comme des poupées de chiffon et ces derniers se font un point d’honneur a les rattraper. Au balcon les amateurs sont très attentifs et participatifs. Pas beaucoup de communication avec la foule de la part du chanteur cependant. Mais il mentionne qu’il n’aurait pas pu choisir un meilleur endroit que Montréal pour terminer cette tournée. Un fait aussi intéressant à souligner est l’effort du bassiste pour remercier en français les groupes qui ont participé à la tournée, mais bien sûr l’équipe derrière chaque groupe et finalement nous. Les performances des guitares et du claviériste sont très au point et excellente. On sent parfois un petit décalage, mais rien de majeur.

Alexi lance parfois des bouteilles d’eau dans la foule, comme une tonne de pick durant la soirée. Il le fait cependant de manière respectueuse, mais quelqu’un lui a relancé une bouteille d’un autre liquide. Heureusement elle ne l’a pas atteint. Ce dernier lui a dit merci chaleureusement… (FY). Alexi m’a parue cependant un peu fatigué et ce même si je n’ai pas vu d’autre show avant de ce groupe. Cependant il faut souligner que c’était le dernier show de la tournée. Il est important de souligner ces 20 ans dans un univers ou les groupes apparaissent et disparaissent aussi rapidement. Cette soirée a permis au fan d’avoir un vrai bon spectacle et les participants ont bien réussi à démontrer leurs amours pour le groupe avec une participation très active.

Texte: Erik Simard

Photos: Helene Dickey