*****Le résumé français de l’entrevue est à la suite du lien audio*****

After having on the show Matthias Jabs and Uli Jon Roth it was only natural to have on the show none other Michael Schenker the younger brother of Rudolf, and member of the Scorpions from 1969 to 1973 just before being replaced by Uli Jon Roth and from 1978 to 1979.
He was cool enough to answer my questions about his upcoming tour with his band Michael Schenker Fest, his career in music and of course his career with The Scorpions.
Here is the audio of that interview as you heard on the show Thorn of ROCK on rock-fm.ca
This interview was made in collaboration with www.daily-rock.ca.
Thorn of ROCK is aired every Thursday night from 7pm to 9pm pacific time on www.rock-fm.ca

Après avoir eu le plaisir de recevoir à mon émission Matthias Jabs et Uli Jon Roth, il n’était que naturel de recevoir nul autre que Michael Schenker, ancien guitariste des Scorpions de 1969 à 1973 avant d’être remplacé par Uli Jon Roth et de revenir avec le groupe en 1978 et 1979.
Il est selon plusieurs un des meilleurs guitaristes heavy-metal de tout les temps.
Voici donc notre entrevue traduite et écourtée avec Michael Schenker. L’audio complète ET SANS COUPURE de l’entrevue est en haut de l’article comme entendue sur les ondes de www.rock-fm.ca à l’émission Thorn of ROCK.
Pour toutes les dates de la tournée du Michael Schenker Fest voici les liens:

https://www.michaelschenkerfest.com

http://www.michaelschenkerhimself.com

Cette entrevue a été réalisée en collaboration avec www.daily-rock.ca
L’émission Thorn of ROCK est présentée le jeudi soir de 22 heures à minuit, heure de l’Est.

Thorn of ROCK:
Tu es sur le point de partir en tournée avec ton groupe Michael Schenker Fest partout en Amérique du Nord en commençant avec le Whisky A Go-go pour 3 jours. Est-ce toujours aussi excitant de partir en tournée?

Michael Schenker:
J’ai un trajet assez particulier. J’ai commencé ma carrière comme guitariste pour devenir presque un dieu selon certains, pour me retirer par la suite pendant quelques années, pour finalement y revenir et faire ce qui me plaisait. J’ai toujours suivi mon instinct et ce que je voulais faire. J’avais horreur d’être sur scène à mes débuts, mais en 2008 j’ai eu un signe que je devais retourner sur scène et d’exorciser mes démons, maintenant j’adore ce que je fais avec le Michael Schenker Fest et j’adore me retrouver sur une scène.

TOR:
Tu pars en tournée avec 4 chanteurs pour cette tournée (Gary Barden, Graham Bonnet, Robin Mcauley et Doogie White). Était-ce important que ces 4 chanteurs fassent partie de la tournée?

 

MS:
Je crois que nous avons une équipe gagnante avec tout le groupe maintenant. C’était très facile pour tout le monde d’être ensemble et c’est pour cette raison que nous y allons tous. Nous avons perdu notre batteur il y a quelques semaines et ce fut un très grand choc pour tout le monde. Nous avons dû nous retrousser les manches pour pouvoir continuer, mais c’est ce que je crois Ted (McKenna) aurait voulu que l’on fasse. Tu sais, il est entré à l’hôpital pour une intervention banale et il n’en est jamais ressorti. Ça m’a beaucoup affecté. Je ne comprends toujours pas…
Nous avons commencé en 2016 avec le Michael Schenker Fest, nous avons montré de quel bois nous nous chauffions et nous avons décroché un contrat de disque.
Nous bouclons la boucle. J’ai quitté l’Allemagne, car ils ne comprenaient pas ce que je voulais faire musicalement, mais c’est finalement une compagnie de disque allemande qui nous a fait signer. Et en plus, nous commençons la tournée au Whisky a Go-Go. Le premier endroit que j’ai joué à 18 ans en arrivant aux USA. C’est ironique non?

TOR:
Qu’est-ce qui te fait vouloir continuer après toutes ces années?

MS:
Je suis un esprit libre qui est sur terre pour faire de la musique et diner cette musique aux gens. Je suis sur terre pour ça. J’adore travailler sur une corde seulement et pouvoir faire plusieurs combinaisons avec celle-ci et au final en faire quelque chose de spécial. C’est comme travailler en laboratoire et «mixer» certains éléments ensemble. Ça fait une certaine réaction, bonne ou mauvaise….mais ç fait une réaction. C’est ce que j’aime le plus et c’est ce qui fait que je ne veux pas arrêter.
Chaque note que je joue a quelque chose de spécial pour moi.

TOR:
Quels sont tes «guitar heroes»?

MS:
Il y en a plusieurs… mais surtout les guitaristes de la fin des années 60. Les Jimmy Page, Johnny Winter, Rory Gallagher et la liste est très longue.

TOR:
Ça t’a surpris de savoir qu’autant de guitaristes t’adoraient?

MS:
Bien sûr… Je n’étais qu’un simple guitariste qui ne faisait que jouer de la guitare et tout à coup j’étais presque un Dieu pour eux.
J’étais un garçon très gêné, et je ne savais pas comment «dealer» avec tout ça. J’ai choisi d’être honnête envers moi-même plutôt que de choisir le succès.

TOR:
La première chanson que tu as composé est «In search of pièce of mind». Pourquoi dis-tu que cette chanson est la meilleure de toutes?

MS:
Oui….cette chanson a été créditée à Scorpions, mais en réalité elle n’a RIEN à voir avec eux. J’ai tout composé sur «In search of piece of mind». Klaus (Meine) a écrit les paroles évidemment, mais j’ai tout fait le reste. Et elle est magnifique. C’est la meilleure chanson sur l’album «Lonesome Crow». Et elle est sortie de nulle part et je n’avais que 15 ans à l’époque. C’est juste incroyable.

TOR:

Regrettes-tu d’avoir refusé les offres de Aerosmith, les Rolling Stones, Ozzy Osbourne et Whitesnake pour te joindre à eux?

MS:

Absolument pas. J’ai bien fait de ne pas y aller. Ça ne fonctionne pas comme ça. Je n’aurais pas été honnête envers moi-même en acceptant. Je suis resté moi….Michael Schenker. Quand j’ai quitté UFO nous étions en voie de devenir le plus grand groupe sur la planète. Je n’avais pas besoin de quitter UFO pour aller avec de plus grands noms, car UFO était en train de conquérir le monde entier. Point!
Je suis retourné avec Scorpions pour les aider. C’est ce que j’ai fait et ils ne voulaient pas me laisser partir. Quand j’ai quitté les membres de Scorpions étaient en furie et ont inventer une histoire qui n’est pas vraie du tout. Une histoire totalement fausse.
Un beau remerciement n’est-ce pas? Avec moi ils avaient la clé du succès.
Je me dois de rester fidèle à moi-même, et c’est ce que j’ai fait.

TOR:
Tu enregistres présentement un nouvel album n’est-ce pas?

MS:
Il est terminé en fait. Nous venons de le faire écouter à la presse internationale et nous n’avons eu que de bons retours sur le nouveau matériel. Il sortira le 23 aout.

TOR:
De quoi es-tu le plus fier dans toute ta carrière?

MS:
De mon développement personnel et musical. Je ne peux pas retirer quoi que ce soit dans ma carrière musicale. C’est un tout. C’est ce qui fait qui je suis et où je suis présentement dans ma carrière.

TOR:
Merci beaucoup de ton temps Michael!

MS:
Merci à toi!!!!

Entrevue et traduction:
Laurent Lépine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.