The Damned @ Club Soda, 25.05.2017

Où étais-je pendant les 40 dernières années? Pourquoi ne connais-je pas ce groupe mythique de punk rock et de gothic rock? Il a fallu que je voie l’annonce de leur tournée 40e anniversaire pour que je me demande qui pouvait bien être The Damned. Comme il parait qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre, je me suis lancé tête première et je me suis rendu à leur arrêt à Montréal. Je vous le dis tout de suite, je ne l’ai pas regretté une seconde. De plus, cette soirée au Club Soda avait quelque chose de spécial en étant la dernière date de ce tour anniversaire. Pour vous mettre en contexte, notre belle ville ne devait pas être la grande finale de cette fête d’anniversaire et le groupe anglais devait se produire ici le 2 mai. Mais raison d’une blessure du guitariste Captain Sensible, le show fut premièrement reporté au 23 mai avant d’être finalement changé pour le 25 mai.

Malgré tous ces changements, la foule est toujours au rendez-vous, car la place est presque pleine. Il n’est pas facile de circuler sur le parterre et les balcons au deuxième étage sont remplis de monde. On perçoit même dans l’assistance cette impatience et cette excitation qui caractérise les grands moments. J’ai même pu apercevoir Xavier Caféïne, Vincent Peake (Grimskunk) et Michel Langevin (Voivod) parmi les spectateurs. Au grand plaisir de la foule, le groupe amorce comme prévu à 21 h 30 avec la chanson Melody Lee. Le ton de la soirée est donné et le party est lancé. Les années ont beau s’accumuler, le look de vampire du chanteur Dave Vanian n’a pas pris une ride et le Captain est toujours le personnage haut en couleur qu’il a toujours été. Ce dernier fera même des blagues sur sa blessure en disant qu’elle est due à la bière canadienne (il a chuté dans un show en Ontario) qui ne goûte tellement rien qu’il faut en boire trop.

L’humour sera toujours au rendez-vous autant que la qualité de l’interprétation. Le claviériste Monty Oxymoron demandera une fois gentiment au «soundman» de monter le son de son instrument, mais après les moqueries de ses collègues, il le fera avec vulgarité pour démontrer son côté punk. Une serveuse montera sur la scène pour offrir un shooter à tous les membres du groupe avant de se lancer dans le public. Il y a tant d’ambiance qu’il est facile de faire chanter les fans en chœur. Le groupe sait ce qu’il fait et sait comment s’amuser avec le public. 40 ans d’expérience de scène ce n’est pas négligeable.

Vers la fin du set, je tombe des nues quand il interprète New rose que je connais par cœur, car Guns N’ Roses l’a repris sur son album de reprise The Spaghetti Incident? Et étant là pour faire la fête jusqu’à tard le soir, le groupe y ira avec pas un rappel, mais bien deux. Si les applaudissements sont bien nourris après Neat Neat Neat qui conclut le show une première fois, les réactions sont encore plus enthousiasme à la fin de Smash it Up qui clôt le premier rappel. Avec tant d’amour dirigé vers eux, ils reviennent en force avec un ultime rappel qui comprendra pas moins de trois chansons: Born To Kill, Fan Club et Anti-Pope. Ils sont un des plus grands groupes de punk anglais avec Sex Pistols et The Clash et ils nous l’ont prouvé une fois de plus ce soir. Ils nous restent à espérer que cette tournée pour leurs 40 ans ne soit pas leur dernière à jamais.

Texte: Sébastien Léonard

Photos: Jesse Di Meo