Entrevue avec Lzzy Hales (Halestorm)

Par un triste vendredi pluvieux d’automne, j’ai eu le privilège d’avoir un entretien des plus agréables avec Lzzy Hales du groupe Halestorm, d’une gentillesse incroyable et d’une grande disponibilité. Nous avons notamment discuté de l’album Into The Wild Life, de la présente tournée avec Lita Ford. Nous avons également discuté de Tom Keifer (Cinderella) qui est source de grande inspiration autant musicale que spirituelle. Également quelques questions en rafale sur son passé, certaines questions l’on fait reculer sa mémoire de sa jeunesse, bref, ce fut un très bel entretien.

Sur la ville de Montréal?
Elle nous mentionne avoir fait une virée en ville avec le groupe pour manger, boire, le groupe l’a amenée dans un stripclub de Montréal le fameux Chez Parée, elle mentionne beaucoup aimé la ville et avoir eu beaucoup de plaisir même si le temps passé en ville est toujours de courte durée.

Nous avons discuté du l’esprit derrière l’album Into The Wild Life?
L’album est diffèrent des autres, en autres sur le processus d’enregistrement, l’album a été fait à Nashville. Contrairement aux autres albums nous sommes arrivés préparés au studio avec huit chansons, et nous étions tous présents en même temps, pour se voir jouer live tous ensemble. Nous sommes très fières de cet album. Il y a même certains éléments sur l’album qu’on se demande encore comment on l’a fait.

Comment se passe la tournée présentement, qui faut-il le rappeler se termine le lendemain de cet entretien?
La tournée est merveilleuse, nous sommes avec Lita et Dorothée, une tournée juste avec des filles. J’ai fait de multiples tournées avec des boys, je me rends compte que les garçons sont plus tranquilles que nous les filles, nous avons un côté un peu plus fou… éclat de rire. C’est notre avant-dernier concert de la tournée. Par la suite on recommence le processus pour un nouvel album. Nous avons adoré notre dernière tournée.

Que représente Lita Ford pour toi?
Elle est une grande inspiration. Lita fait des tournées depuis son adolescence. Elle a toujours défoncé les portes du rock. Je me suis dit si elle capable moi aussi je serai capable. À chaque spectacle Lita se donne toujours à 100 %. En plus elle est d’une gentillesse et d’une disponibilité incroyable. J’ai le privilège de jouer une chanson avec elle durant son spectacle, c’est toujours un petit moment magique. Nous faisons une reprise des Runaways

Tom Keifer est aussi une grande source d’inspiration pour toi?
Je crois que c’est son honnêteté qui en fait un grand homme. J’aime l’homme pour ce qu’il représente, je ne crois pas pouvoir l’aimer plus! J’aime son style, son style de voix, son backlground blues rock. Je me suis reconnu un peu dans lui. Après l’avoir rencontré, les membres de mon band on comprit d’où venais ma manière de chanter, ma manière d’être.

Les questions amusantes en rafales….

Ton premier album acheté?
C’est une cassette que j’ai achetée dans un magasin usagé, c’est l’album 1984 du groupe Van Halen.

Ton premier concert?
Mon père m’a amené lorsque j’avais un an au concert de Cheap Trick à Philadelphie. Mon premier billet de spectacle que je me suis acheté c’est pour le groupe TOOL.

Le dernier que tu as vu?
Ironiquement le dernier spectacle que j’ai assisté c’est, Cheap Trick, Heart et Joan Jett. J’ai même téléphoné mon père pour lui dire que 23 ans plus tard j’étais encore en train de voir le spectacle de Cheap Trick.

Votre premier Tour bus?
Notre premier bus de tournée était un 7 places familial auquel nous avions enlevé tous les bancs et mes frères tentait de tous rentrer. nous avions également fait des places pour coucher et, c’était très inconfortable… grand éclat de rire.

Ton plus grand souvenir de votre première tournée?
Notre première tournée nationale en 2005 avec Seether, nous n’avions pas encore d’album, nous avions un E.P de 5 chansons que nous vendions durant les spectacles. Nous étions à la fois intimidés et excités. Nous avions accès à de la bouffe dans nos loges, nous avions une loge..(rire). Ce fut vraiment un moment magique.

Ton vécu le plus intense en spectacle:
Je crois que chaque spectacle est d’une grande intensité, nous jouons toujours avec cette optique d’intensité. Notre présente tournée nous a fait vivre beaucoup d’intensité. Il n’y a pas un souvenir précis d’un spectacle en particulier.

Ton moment le plus intimidant sur scène?
Très tôt dans ma carrière j’étais très intimidé, je suis une personne très introvertie, être dans le groupe m’a fait sortir de ma coquille, c’est ma thérapie. Je me rappelle à 15 ans, nous jouions dans un festival et j’étais incapable de regarder les gens. Maintenant ce n’est plus un problème.

La plus grosse foule devant laquelle tu as joué?
Au Brésil, mais également au Download Festival en Angleterre et au Rock Am Ring en Allemagne. Des gens à perte de vue c’était gigantesque.

Avec quels artistes (mort ou vivant) aimerais-tu rencontrer?
Honnêtement j’aimerais rencontrer et chanter avec Janis Joplin et lui faire un gros câlin.

As-tu déjà pensé arrêter la musique?
Non je n’ai jamais pensé à cela, Halestrom c’est plus que seulement un groupe, c’est une thérapie. La musique fait partie de moi, le groupe fait partie de mon évolution personnelle.

Ton plus grand rêve?
De ne jamais arrêter de faire de la musique, de continuer avec Halestrom, car ce sont mes meilleurs amis, ma famille. Même si parfois nous voulons nous entre-tuer, nous nous aimons profondément dans un grand respect.

Un dernier mot pour nos lecteurs de Daily-Rock?
Merci à vous, merci de nous encourager et de venir voir nos spectacles. Merci d’avoir pris du temps pour venir jaser avec moi.

Entrevue réalisée par Nicholas Dumont