Music 4 Cancer 2018

Une affaire de famille

Nous avons pu croiser Louise à la billetterie, René à la direction logistique qui m’a fait faire le tour du site et expliquer les changements, puis Jay. C’est la famille autour de laquelle le festival M4C gravite. «— Ma mère (c’est MA raison d’avoir créé M4C à cause de sa guérison miraculeuse d’un cancer agressif grade 4) en bodysurfing est probablement le hightlight des 8 ans du festival M4C. J’en reviens juste pas qu’elle l’ait fait et que John Feldmann et Mike Herrera l’aient poussé à le faire.» Sont les mots qu’on peut lire dans le post qui contient le vidéo de sa mère pendant le festival sur sa page Facebook personnelle.

Si tu as vu Jay plus que 5 minutes, tu es chanceux. Il court partout pour s’assurer que tout soit parfait et ce que j’ai à dire c’est: CHAPEAU! Jay fait un excellent travail et que dire des bénévoles dévoués et souriants, toujours disponibles pour les festivaliers!

Ambiance et site

Dès l’entrée, on y trouve des kiosques de tous genres; des commerces locaux qui se joignent à la cause et le «ring» de lutte. Plusieurs familles sont présentes et ce jusqu’à la fin de la journée, un peu partout sur le site. Il y a plusieurs petits kiosques de bar à travers celui-ci et c’est Noire et blanche qui est présent et qui assure que tous soient bien hydratés! C’est toujours un délice d’ailleurs.

Pour ce qui est de la configuration du site, plusieurs l’auront remarqué, elle a été pensée autrement par le festival et la ville de Ste-Thérèse pour que ce soit optimal. Cela s’avère être un excellent changement, car artistes, médias et public en parlent à un moment ou à un autre. Lorsque la soirée extérieure finie, ce n’est pas vraiment fini! Il y a les after partys qui se produisaient cette année à La Protestante et au St-Graal.

JOUR 1 — vendredi —
(extérieur de 17 h à 23 h)

Un quatuor particulier!

Le jour 1 commence avec A Vulture Wake qui est un quatuor très spécial. Ce groupe est le rassemblement de plein d’éclats, qui une fois mis ensemble, amènent énergie, passion et plaisir partout où il passe. Le groupe est composé de Chad Price (ALL/Drag the river), Joe Raposo (RKL/Lagwagon), Sean Sellers (Good Riddance/RealMcKenzies) et Brandon D. Landelius (The Mag Seven). Ce fut un très bon début de festival grâce à eux! <

Le retour de Belvedere

Ensuite, c’est un quatuor de Calgary qui enchaîne sur la plus grosse scène. À la tombée du jour, la foule s’amoncèle devant les scènes pour écouter Belvedere qui a repris du service en 2011 après quelques années de pause. En 2016, ils reviennent avec un album The Revenge Of The Fifth. Nous avons pu entendre une chanson sur les Flames de Calgary et ils nous ont parlé un peu en français, au grand bonheur de la foule. Les fanatiques étaient au rendez-vous pour chanter la dernière chanson!

 

BIGWIG! BIGWIG!

Le groupe en provenance du New Jersey était attendu de pied ferme par les festivaliers, maintenant très nombreux sur le site et devant la scène principale. L’avant-scène est très compacte et le groupe à une belle interaction avec la foule qui ne fait qu’en vouloir plus au moindre petit arrête. Il faut dire que BigWig est de retour, et en force au Québec depuis quelques années: les anciens renouent avec leur vieille musique coup de cœur!

Santa Cruz «crusing in»!

Good riddance fait son entrée sur scène devant encore plus de gens que ce qui était attendu! Ce sont des gars très généreux! Plusieurs fois pendant leur set, le chanteur Russ Rankins  demande à la foule «What do you wanna hear?»(Qu’est-ce que vous voulez entendre?). Dès qu’il peut, Russ échange avec la foule, car oui, il écoute les réponses de ceux le plus proche de lui et il discute! Shawn Sellers (drummer) prend même le temps de se lever et de se déplacer d’un bout à l’autre de la scène pour encourager les gens à taper dans leurs mains! Quelle ambiance! Nous avons pu entendre Heresy, Hypocrisy and Revenge; du bonbon à mes oreilles.

Passé 23 h

La foule se sépare alors en trois: des gens retournent à la maison, d’autres prennent le chemin du «St-Graal» pour entendre un hommage à Sublime, alors que 100 personnes seulement pouvaient prendre la route de «La protestante». Une soirée mémorable avec des prestations acoustiques de Chad Price et Scott Reynolds, Tom Petta, Much The Same et Chaser. Un show punk dans une église, on dirait un rêve haha! (PUNK’S NOT DEAD) C’est dans une chaleur accablante que les groupes performent les uns après les autres et que les gens entrent et sortent pour tenter d’avoir un peu d’air frais.
De la vedette au pied carré, en veux-tu? Eh bien en voici!

JOUR 2 — Samedi —
(extérieur de 17 h à 23 h)

Et ça continue!

Je suis arrivée juste à temps pour Ten Foot Pole; le trafic ne m’a pas épargnée, j’ai raté Straight Line et Chaser. Cependant, la deuxième journée de spectacles était déjà bien «startée» lorsque je mis le pied sur le site. Le site était vraiment maximisé et chaque espace était occupé par un kiosque, un stage, un bar, un ring de lutte ou des festivaliers. Ten Foot Pole a donné un très bon show. Le groupe est originaire de Californie et de style punkrock, skatepunk. Les shorts extrêmement courtes du guitariste ont fait réagir les spectateurs! Peut-être se sentait-il dans sa ville natale vu la chaleur qui planait cette journée-là? Tout était parfait, autant la température, que la foule nombreuse et le temps de prestation des bands. No Fun At All suivi tout de suite après. Un autre groupe à saveur punkrock qui ne passe pas inaperçu! Ce groupe suédois était aussi de présent au festival Envol et Macadam plus tôt dans le mois et au grand plaisir de plusieurs, était aussi prévu au line-up du M4C. Much the Same et Pépé et sa guitare spécial Punk devaient se partager le temps qu’il restait avant la grande finale: Goldfinger. Much the Same, un groupe américain de l’Illinois annonça sa réunion officielle en 2015 ainsi que leur désir de travailler sur un nouvel album. Les fans de vieux punkrock des années fin 90 et début 2000 étaient ravis de pouvoir admirer ce band performer dans cette ambiance amicale et intime qu’offre le festival.

Le doigt d’or

Goldfinger était le band qui a terminé cette édition en beauté. Avec la venue de leur dernier album The Knife il y a quelques mois sur le marché, nous pouvions nous attendre à plusieurs nouvelles chansons. Nous les avons eues! Un mix parfait de nouvelles et de vieilles chansons, tantôt allongées, tantôt écourtées nous a été présenté. Ce groupe de Californie est maintenant formé de John Feldmann, chanteur et guitariste ainsi que de musiciens ayant déjà collaboré avec John, recrutés par-ci par-là selon leurs disponibilités. Goldfinger est reconnu pour avoir contribué à la vague de popularité qu’a connue le ska au cours des années 1990. Pendant le spectacle, la foule s’est fait offrir de monter sur scène! Je me suis alors empressée de me présenter devant la grille pour tenter ma chance et après quelques acrobaties, je réussis à monter sur les planches avec une vingtaine d’autres personnes, dont un gars qui tentait de skanker en béquilles! She’s the Bomb est la chanson qui nous donna notre minute et demie de gloire sur le stage avec le groupe, Mike Herrera et les cuivres de Planet Smashers. Wow.

John est toujours aussi énergique et chic avec son veston et ses pantalons assortis. Avec toute l’énergie qu’il dépense (il nous a précisé que son calculateur de calories indiquait une perte de plus de 2000 calories juste pendant sa prestation!) pas surprenant qu’il ait troqué le veston pour un polo pour le rappel qui dura une dizaine de minutes! J’étais même en train de quitter le site lorsque j’entendis d’autres notes de musique qui me rappelèrent vers la scène pour absorber quelques chansons de plus.

La fin

D’autres spectacles étaient offerts en salles comme le soir numéro un pour les personnes qui avaient encore de l’énergie. Encore une fois, cette édition du Music 4 Cancer fut une réussite. Toute l’équipe peut être fière du travail accompli tout au long de l’année, car cela a porté ses fruits. Mes petits dollars dépensés entre autres pour l’achat d’un verre réutilisable à 3 $ feront leur chemin pour The Cause et j’en suis fière. «Join the Cause, Join the Family».

Pour faire votre part:

http://www.music4cancer.com/

https://www.facebook.com/music4cancer/

Texte: Josée Marcoux & Valéry Tremblay-Brunelle

Photos: Martine Labonté

 

CLIQUEZ SUR LES IMAGES POUR VOIR LES GALERIES