Le duo Rouge Pompier sort son premier album de rock à 2, hommage assumé à Kevin Bacon, au jour de la marmotte et à la madame qui présente le poker à la télé.

 Calmez vous mesdames, nul n’est question ici du fantasme qui -ne le niez pas- pointe systématiquement son torse huilé et sa hache en sortant du gâteau de votre party de bachelorette. Les 2 gars de Rouge Pompier ont certes l’air plutôt en forme, mais ici on parle de rock. Le vrai, celui avec des poils et des pantalons sans scratchs.

Rouge Pompier, c’est l’enfant illégitime de Kevin Bacon et Dave Grohl. Du rock lourd, dépouillé à l’énergie punk. Du rock à 2, qu’explique Jess Pompier (guitare et chant) : « Je crois beaucoup à l’expression less si more. Plus c’est simple, plus c’est supposé être bon. Vu que tu n’as pas d’autre choix que de faire simple et efficace, tu es obligé de penser aux vraies choses qui sont importantes et tu laisses de côté les détails qui ne le sont pas.»

 

Bassiste qui s’ignore

 Leur 1er album, sobrement intitulé « Kevin Bacon » en hommage au talent de l’acteur, est effectivement plutôt dépouillé, plein d’énergie et d’efficacité. Les mélodies sont très solides et le son général porté par un probable bassiste frustré qui accorde sa guitare une quinte plus bas pour la passer dans la célèbre whammy 1 octave en dessous. Pour les néophytes, c’est très grave… et ça sonne massif !

 Les textes humoristiques de Jess Pompier traitent des sujets fondamentaux socio-politiques du Québec: Anne Dorval, les pannes d’auto dans le Parc de la Vérendrye ou encore les qualités objectives d’une présentatrice d’émission de poker à la télévision. Alex Pompier fait groover le tout façon Dave Grohl, ça bûche.

L’ensemble manque un peu de surprise, mais le genre veut ça. Ça fonctionne parce que ça ne se pose pas de question. C’est direct, bien fait et salement addictif.

Punks gênés

Sur scène, le duo ne semble pas encore complètement rôdé. La musique contraste avec la retenue de ces 2 punks un peu gênés d’être là. À leur décharge, ils n’avaient eu l’occasion de ne faire qu’un seul show avant de se lancer dans l’enregistrement de ce 1er album.

 Le show d’hier à l’Abreuvoir ne comptait que 4 tounes, ce qui est court autant pour se mettre dedans sur scène que pour se faire une idée précise de leurs qualités live. L’Abreuvoir n’est pas franchement la meilleure place pour faire du rock, même si c’est probablement une des meilleures terrasses pour lancer un album en mangeant des burgers Kevin Bacon préparés spécialement pour l’occasion.

A revoir sur scène dans un meilleur contexte pour se faire une véritable idée, et d’ici là, l’album de Rouge Pompier est à écouter, très fort, surtout le matin. Disponible en Cd, vinyle et cassette audio livrée avec le vrai walkman jaune en quantité limité.

Marien Joly

Toune sur Itunes

Facebook de Rouge Pompier

A propos de l'auteur

Articles similaires