Entrevue avec Inferno (Behemoth)

Lors du passage de Behemoth à Montréal le 4 novembre dernier, le Daily-Rock Québec a eu la chance de s’entretenir avec Inferno, le batteur de la formation, et d’échanger quelques mots avec lui sur la production de leur plus récent album. Nous avons aussi profité de l’occasion pour revenir sur leur expérience avec le Slayer Farewell tour qui a eu lieu un peu plus tôt cette année.

 

Daily-Rock : Tu viens tout juste de mentionner que tu acceptes rarement des entrevues, alors je te remercie beaucoup de prendre le temps de nous parler.

Inferno : Pas de problème !

Daily-Rock : Behemoth a fait paraitre ‘I Loved You at Your Darkest’ le cinq octobre dernier. Est-ce que tu peux nous parler un peu de l’album ?

Inferno : Je dirais que nous sommes très fiers de cet album. Je suis un gars qui n’est jamais satisfait, mais dans ce cas-ci, c’est la première fois que je peux dire que je suis 100 % heureux du son de l’album, des chansons, et de tout le reste. L’enregistrement s’est fait en douceur, nous étions bien préparés. Nous avions eu quelques mois pour pratiquer, on a même eu des séances de préenregistrement pour cinq chansons, juste pour vérifier le studio pour la batterie. C’était un tout nouveau studio, un très bel endroit.

Daily-Rock : Vous avez enregistré à un studio où vous n’aviez jamais été avant ?

Inferno : Oui, et c’est la raison pour laquelle on a décidé d’aller vérifier l’endroit et les gens. Je parle d’Aldon Greenberg et bien sûr de Daniel Bergstrand, qui a déjà travaillé avec des groupes comme Meshuggah.

Daily-Rock : Est-ce que tu peux me parler du titre de l’album ? Tous vos albums précédents ont des noms teintés par la religion. Avec ‘The Satanist’, ‘The Apostasy’ et ‘Demigod’ par exemple, on sait tout de suite en quoi l’album consiste, avec ‘I Loved You at Your Darkest’ ça n’est pas aussi évident.

Inferno : Bien sûr, c’est Nergal qui pourrait répondre à ce genre de question. Mais de mon point de vue, j’aime vraiment le titre de l’album parce que ça contraste avec la musique ; on utilise le mot amour (love) d’une manière extrême. Mais il y a un autre sens au titre, c’est qu’il s’agit en fait d’une citation de la bible (Jésus-Christ). Je pense que ça sonne incroyable comme titre d’album parce que ça peut avoir plusieurs significations, et c’est le but !

Daily-Rock : Il y a certaines personnes qui suggèrent que votre dernier album se veut une continuité de ‘The Satanist’, sortie en 2014. Comment est-ce que tu comparerais ‘I Loved You at Your Darkest’ avec vos albums précédents ?

Inferno : Quelque chose de similaire que je vois est la structure brute des chansons. C’est quelque chose qui me plait beaucoup. Mais [dans le nouvel album] on aère la musique ; on joue avec le temps et les riffs sonnent plus lourd. J’aime vraiment beaucoup le vocal aussi. Par exemple les clean vocals dans Bartzabel ou Ecclesia [Diabolica Catholica], c’est quelque chose de nouveau.

Daily-Rock : Il semble y avoir une certaine atmosphère un peu plus « légère » dans le dernier album, particulièrement avec les chansons ‘Sabbath Mater’, ‘Bartzabel’…

Inferno : C’est vrai, oui.

Daily-Rock : Elles se distinguent beaucoup des autres. Est-ce qu’il y a quelque chose, un sentiment particulier, que Behemoth cherchait à transmettre avec le dernier album ?

Inferno : Ça n’était pas calculé. Nous avons joué les chansons en répétitions et on s’est dit « Wow, ça sonne incroyable ». Et c’est tout. C’était très simple. Même en studio ça n’était pas très difficile de capter ce qui était nécessaire. Ça sonnait déjà très bien. Donc même durant les répétitions, nous avons enregistré une fois par semaine toutes les chansons, et lorsqu’elles étaient enregistrées, on les entendait et les analysait pour voir ce qui se passait comme tel. Ç’a été le processus général pour l’enregistrement de l’album.

Daily-Rock : On est habitué de te voir taper frénétiquement sur ta batterie alors que, comme on vient de le mentionné, sur le nouvel album la cadence s’est un peu ralentie. Est-ce qu’il s’agit d’une approche différente de la musique ?

Inferno : J’essaye de focaliser plus sur les arrangements, je frappe plus fort, plus solidement, et avec plus de précisions aussi. Donc on sacrifie un peu de vitesse pour de la précision. On est trop vieux pour de la vitesse de toute façon, haha !

Daily-Rock : Être trop vieux pour la musique, est-ce que c’est possible ?

Inferno : C’est ce que je veux dire.

Daily-Rock : Est-ce que tu vois Behemoth se diriger vers une direction en particulier ?

Inferno : Je ne sais pas. On verra dans le courant les deux prochaines années lorsque le groupe aura des moments de repos. C’est des parties différentes de nos vies, donc nous ne pouvons pas toujours planifier.

Daily-Rock : Vous ne planifiez jamais vos albums ? Je sais que certains groupes aiment planifier leurs albums un peu comme des chroniques. Ça n’est pas quelque chose que Behemoth cherche à faire ?

Inferno : Non pas vraiment. Nous écrivons deux ou trois chansons et ensuite seulement nous décidons de la direction que prendra l’album.

Daily-Rock : Behemoth a été très occupé en 2018. Vous venez tout juste de commencer votre tournée pour la promotion de ‘I Loved You at Your Darkest’, vous avez été en studio pour enregistrer l’album, et avant ça, vous étiez sur la première leg du Slayer Farewell tour. Comment était l’expérience ?

Inferno : C’était comme un rêve pour moi de partager la scène avec des monstres de la batterie comme Gene Hoglan (Testament), Charlie Benante (Anthrax) et Paul Bostaph (Slayer). Et ils étaient si gentils envers nous. Toute la tournée en général était bien et s’est passée sans problèmes. On a fait un tabac a tous les spectacles, donc oui, c’était vraiment une expérience extraordinaire.

Daily-Rock : Vous avez en effet donné un spectacle incroyable lors de votre passage à la place Bell le 30 mai dernier !

Inferno : Ça n’était pas nécessairement facile de supporter la température durant l’été puisque la plupart des spectacles avaient lieu à l’extérieur…

Daily-Rock : C’était plus épuisant ?

Inferno : Oui exactement. C’était la partie la plus difficile.

Daily-Rock : Ça doit, spécialement pour toi puisque tu es tout le temps très actif derrière la batterie.

Inferno : Ahah, peut-être.

Daily-Rock : Je te remercie beaucoup d’avoir pris de ton temps avant le spectacle pour nous parler un peu. J’ai très hâte de vous voir sur scène.

Inferno : Merci à toi, profites du spectacle !

 

Entrevue effectuée par Isabelle Sullivan dans le cadre du spectacle de Behemoth au MTelus, le 4 novembre 2018.

Photo:  Taylor Gyenge