Iron Maiden @ Centre Vidéotron, 16.07.2017

Ce fut toute qu’une fin de semaine pour les fans de metal de Québec. Après le passage de Metallica sur les Plaines, accompagnées de Voivoid, ce fut au tour de la formation anglaise Iron Maiden dans le cadre de leur tournée The Book of Souls, avec en première partie Ghost. Malgré les dispositions de sécurité supplémentaires mises en place au Centre Vidéotron, la salle se remplit rapidement et il restait peu de place pour les spectateurs de dernière minute. À se rappeler que Gestev avait libéré des billets plus tôt dans la semaine. Une marée de chandail Iron Maiden colorait la salle alors que quelques fans poussèrent plus loin avec des costumes d’Eddy.

C’est deux minutes avant 19:30 que l’introduction de la prestation de Ghost commença sous les acclamations de la foule qui les attendaient de pied ferme. Dès les premières notes de Square Hammer, les fans chantèrent en chœur, leurs <<horns>> dans les airs. De grands vitraux formaient le décor alors qu’un autre palier d’imitation de pierre soulevait le claviériste et le batteur, camouflant par le fait même la scène de la tête d’affiche. Papa Emeritus III s’est adressé à quelques reprises à la foule, campant toujours son personnage très expressif, mais calme et rigolo parfois. C’est avec un total de huit chansons que la formation suédoise fit chanter ses fans, dont Cirice, Year Zero et Monstrance Clock en clotûre.

Sous un tonnerre de cris et d’applaudissement que la formation Iron Maiden fit une entrée théâtrale sur scène. Bruce, sous une capuche, se tenant devant un autel fumant alors que ses acolytes vinrent le rejoindre rapidement. C’est sans surprise que le groupe se mit à courir à droite et à gauche, toujours aussi en forme et dynamique. Jeux de lumière, explosions et surprises, ils surent nous garder à bout de souffle du début à la fin. Le chanteur de la formation accompagna les prestations de quelques changements de costume, dont un singe dès le début du concert, ou encore son uniforme de soldat et son immense Union Jack pour Trooper, qui fit lever le public d’un bon. Malgré ce qui semblait être des problèmes de microphone qui coupait, Bruce Dickinson se permit à plusieurs reprises de s’adresser aux fans de Maiden dans un français cassé, mais plus que bien. On atteint le point culminant du spectacle alors qu’un Eddy apparut sur scène, combattant les musiciens avant que le chanteur ne lui arrache le cœur. À peine remis de cette apparition, il se gonfle soudainement une version immense du personnage en arrière-scène avant de s’évanouir sous nos yeux après une explosion sonnant la fin de la chanson Iron Maiden. Ça ne prit que quelques minutes avant que la formation ne vienne finir la soirée avec Number of the Beast, Blood Brothers et Wasted Years alors que la foule les salua d’une ovation qui s’étirait et qui fut plus qu’appréciée des musiciens.

Texte: Maie-Pier Faucher Bégin

Photos: Sébastien Tacheron